20190208 100800Pour analyser l’impact des mesures mises en œuvre dans notre pays afin d’évaluer leur efficacité et leur efficience en faveur de l’éducation des filles, la direction de la promotion de l’éducation inclusive, de l’éducation des filles et du genre (DPEIFG) en collaboration avec l’UNICEF a commandité une étude sur l’efficacité des mesures incitatives pour la promotion de l’éducation des filles au Burkina Faso. La validation de ladite étude a eu lieu le vendredi 8 février 2019 à Ouagadougou au cours d’un atelier.


L’étude menée par Sud Consult avait pour objectif de mettre à la disposition du ministère de l’éducation, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) et de ses partenaires, un rapport analytique sur les différentes mesures appliquées en matière d’appui à la scolarisation des filles au Burkina Faso, et des propositions de stratégies appropriées pour les niveaux primaire, post-primaire et secondaire, en lien avec les questions d’accès, de maintien et de réussite scolaire. Et Félicité Sawadogo, chargée de programme éducation à l’UNICEF de renchérir que « diverses actions sont menées sur le terrain en faveur de la promotion de l’éducation des filles. Alors, il était de bon ton de marquer un arrêt pour voir si ces actions sont porteuses ».
Quant au chargé de mission Daniel Kaboré, représentant le Secrétaire général du MENAPLN, il a relevé que les efforts fournis ont permis d’engranger des résultats substantiels surtout au niveau de l’enseignement primaire et post primaire. Entre autres mesures incitatives, on peut citer les appuis financiers et matériels, la subvention à la restauration, le mentorat, les clubs Deen kan, l’éducation à la gestion hygiénique des menstrues et la mise en place de dispositif d’eau, d’hygiène et d’assainissement, les formations sur le genre et la promotion de la pédagogie sensible au genre… Aussi des recommandations ont été formulées.20190208 094351
Les conclusions de l’atelier de validation permettront de finaliser le plan d’action pour la mise en œuvre des principales recommandations de l’étude qui renforcera sans doute l’éducation des filles au post primaire et au secondaire.
DCPM/MENAPLN.

20180516 171047Le ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation, Pr Stanislas OUARO a reçu ce mercredi 16 mai 2018 en audience, une mission de la Banque mondiale en suivi-supervision de la mise en œuvre du projet SWEED "automatisation des femmes et dividende démographique au sahel".
Conduite par Christophe Lemière, Coordonnateur du programme de développement humain, cette rencontre avec le ministre vise à rendre compte du niveau d'exécution des activités du projet SWEED.
Au MENA, le projet soutient la promotion de l'éducation des filles au post-primaire et secondaire à travers le programme " Demousso kalan yirwa" dans 4 régions du Burkina Faso dont le Centre-Nord, les Cascades, l'Est et le Sahel.
D'un coût global de 4 782 887 USD, environ 2 534 930 000 FCFA, ce financement contribuera à l’appui spécifique des filles vulnérables, au renforcement de l'offre de service de santé sexuelle et reproductive des jeunes et adolescents. Débuté en 2017 avec la distribution de 53000 kits scolaires en 2017, le projet prendra fin en 2020.
DCPM/MENA.

DSC07138Le nouvel Appui canadien à l’éducation de base au Burkina sur la période 2017-2022 a été lancé ce lundi 14 mai 2018 à Ouagadougou sous la présidence du Pr Stanislas OUARO, ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation avec à ses côtés, l’Ambassadeur du Canada au Burkina, son Excellence Edmond D. Wega et du Chef de file des Partenaires techniques et financiers, madame Anne Vincent. Ce sont plus de 26 milliards de F CFA qui sont mobilisés avec pour objectif de « Réduire les disparités dans les apprentissages entre filles et garçons ».
La cérémonie a été précédée d’un déjeuner de presse au cours duquel les journalistes ont pu échanger directement avec le Premier Secrétaire de l’ambassade du Canada, monsieur Noah Schiff sur l’appui canadien à l’éducation de base au Burkina. Outre le soutien financier, le Canada apporte un appui technique à travers des compétences intégrées au MENA et dans les régions. Les résultats de l’analyse sexospécifique des écarts dans les apprentissages au niveau de l’éducation de base au Burkina, ont également été au menu des échanges.
Au cours de la cérémonie officielle, les efforts du Burkina ont été salués par le Chef de file des PTF, notamment la parité fille-garçon réalisée depuis 2014 et le taux d’achèvement du primaire estimé à 64,3% pour les filles et 56,6% pour les garçons. Elle a tenu à relever que l’ensemble des PTF à travers leurs appuis respectifs, ont en ligne de mire l’ODD4 qui vise à éliminer « les inégalités entre les sexes dans le domaine de l’éducation et assurer l’égalité d’accès des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées, les autochtones et les enfants en situation vulnérable, à tous les niveaux d’enseignement et de formation professionnelle ». Le défi est de relever le niveau de la transition des filles du primaire au post-primaire dont l’indice de parité est établi à 0,94 en 2017, les difficultés de maintien des filles au post-primaire et autres niveaux supérieurs.
Le Canada appuie le Plan de Développement stratégique de l’éducation de base (PDSEB), la politique nationale genre du Burkina avec pour objectifs l’accès accru à l’éducation des jeunes âgés entre 6 et 16 ans, le renforcement des capacités des fonctionnaires et des enseignants, des services en éducation de base de meilleure qualité, tout en assurant la parité entre les filles et les garçons du primaire et du post-primaire.
Le Burkina est conscient de l’impact des inégalités de genre sur son développement avec une perte journalière estimée à 150 millions de F CFA d’où l’engagement du ministre Stanislas OUARO à veiller à l’implication des structures techniques dans la mise en œuvre des recommandations.
DCPM/MENA.

DSC07138Le nouvel Appui canadien à l’éducation de base au Burkina sur la période 2017-2022 a été lancé ce lundi 14 mai 2018 à Ouagadougou sous la présidence du Pr Stanislas OUARO, ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation avec à ses côtés, l’Ambassadeur du Canada au Burkina, son Excellence Edmond D. Wega et du Chef de file des Partenaires techniques et financiers, madame Anne Vincent. Ce sont plus de 26 milliards de F CFA qui sont mobilisés avec pour objectif de « Réduire les disparités dans les apprentissages entre filles et garçons ».
La cérémonie a été précédée d’un déjeuner de presse au cours duquel les journalistes ont pu échanger directement avec le Premier Secrétaire de l’ambassade du Canada, monsieur Noah Schiff sur l’appui canadien à l’éducation de base au Burkina. Outre le soutien financier, le Canada apporte un appui technique à travers des compétences intégrées au MENA et dans les régions. Les résultats de l’analyse sexospécifique des écarts dans les apprentissages au niveau de l’éducation de base au Burkina, ont également été au menu des échanges.
Au cours de la cérémonie officielle, les efforts du Burkina ont été salués par le Chef de file des PTF, notamment la parité fille-garçon réalisée depuis 2014 et le taux d’achèvement du primaire estimé à 64,3% pour les filles et 56,6% pour les garçons. Elle a tenu à relever que l’ensemble des PTF à travers leurs appuis respectifs, ont en ligne de mire l’ODD4 qui vise à éliminer « les inégalités entre les sexes dans le domaine de l’éducation et assurer l’égalité d’accès des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées, les autochtones et les enfants en situation vulnérable, à tous les niveaux d’enseignement et de formation professionnelle ». Le défi est de relever le niveau de la transition des filles du primaire au post-primaire dont l’indice de parité est établi à 0,94 en 2017, les difficultés de maintien des filles au post-primaire et autres niveaux supérieurs.
Le Canada appuie le Plan de Développement stratégique de l’éducation de base (PDSEB), la politique nationale genre du Burkina avec pour objectifs l’accès accru à l’éducation des jeunes âgés entre 6 et 16 ans, le renforcement des capacités des fonctionnaires et des enseignants, des services en éducation de base de meilleure qualité, tout en assurant la parité entre les filles et les garçons du primaire et du post-primaire.
Le Burkina est conscient de l’impact des inégalités de genre sur son développement avec une perte journalière estimée à 150 millions de F CFA d’où l’engagement du ministre Stanislas OUARO à veiller à l’implication des structures techniques dans la mise en œuvre des recommandations.
DCPM/MENA.

Le Secrétaire général de la région du Sahel, monsieur Vincent Sawadogo et le directeur régional de l’éducation post-primaire et secondaire, monsieur Dermé Dramane, représentant le ministre de l’éducation nationale et de l'alphabétisation  ont procédé à l’inauguration officielle du lycée professionnel, régional, Idrissa Yaya de Dori. C’était le lundi 30 octobre 2017 à Dori en présence de l’ambassadeur de Chine Taiwan, Son excellence monsieur Shen Cheng-Hong et d’autres personnalités de la région.

La JICA (Japan International Coopération Agency) offre de stages de perfectionnement aux professeurs de l’éducation de base en Afrique. Le stage se tiendra du 18 janvier au 22 février 2018 au Japon. La date de clôture de réception des dossiers est fixée au 10 novembre 2017.

IMG 6242 1Le ministre de l'éducation nationale et de l'Alphabétisation, monsieur Jean Martin Coulibaly a procédé ce mardi 6 juin 2017, au lancement officiel de l'examen du Certificat d'études primaires (CEP) session 2017, à Koubri dans la région du Centre à partir de 7 heures à l'école de Nagbaré A.



« Nous sommes venus vous encourager et vous souhaiter une très bonne chance ! » C'est par ces mots que le ministre Coulibaly a traduit son soutien à l'ensemble des candidats à l'examen du CEP. Ce sont au total 388 662 candidats au plan national qui prennent part à leur premier examen. Soit, un accroissement de l'effectif à 11,48% par rapport à la session 2016. Le rapport garçons/filles est de 52,72% pour les filles contre 47,28% pour les garçons.
Au cours de cours de ce lancement, le ministre a tenu à échanger avec les organisateurs sur les difficultés rencontrées et a procédé à la visite des salles de composition. Selon le ministre, le processus a bien démarré et tous les acteurs sont mobilisés pour la réussite de la session. « Nous souhaitons plein succès à ces jeunes gens qui sont l'avenir de ce pays », a-t-il laissé entendre. Le ministre a donné le top départ du déroulement des épreuves écrites à travers l'ouverture de l'enveloppe contenant les épreuves de la rédaction.
L'élève Ilboudo Sidonie, née le 26 juin 2006 qui a opté pour le CEP et l'enseignement général (CEP+EG) dit être prête pour affronter les épreuves, mais reconnait néanmoins « avoir un peu peur ». Elle compte après succès, être inscrite dans un établissement d'enseignement technique pour poursuivre ses études.
Dans la région du Centre ce sont 33 697 candidats répartis dans 211 centres d'examen qui prennent part à cette session de 2017.

DCPM/MENA

Contexte et Historique du Projet

Le MENA a élaboré le Projet d'Appui à la Formation Continue des Enseignants en Matière de Sciences et de Mathématiques à l'Ecole Primaire (SMASE) pour l'amélioration de la formation continue des enseignants du primaire entre 2008 et 2015 avec le soutien technique de la JICA. Des connaissances et techniques sur l'approche centrée sur l'apprenant (ASEI-PDSI) ont donc été transmises aux enseignants du primaire, et l'application dans les classes a commencé avec les fiches de leçon et l'outil de suivi-évaluation conçus par SMASE. Cependant, la formation initiale dans les Écoles Nationales des Enseignants du Primaire (ENEP) reste théorique et ne permet pas suffisamment aux élèves-maitres d'acquérir les méthodes pratiques nécessaires à la réalisation des leçons axées sur l'apprenant. En effet, beaucoup d'élèves-maitres continuent d'utiliser la méthode classique pendant le stage pratique dans les écoles d'application, et les maitres-conseillers ne les encadrent pas efficacement pour maitriser ASEI-PDSI. Par ailleurs, les formateurs des ENEP n'ont pas assez d'occasion pour améliorer leurs compétences professionnelles.

Ainsi en 2015, suite à une concertation entre le MENA et la JICA sur la base des résultats acquis, une entente de coopération a été conclue à travers PROSPECT. En février 2016, le projet est lancé au sein de la direction de la formation initiale du personnel enseignant (DFIPE) du MENA.

 

Signification de PROSPECT (Anglais)

Project for Strengthening Practical Education in the Training Centers for Teacher-students

Objectif global
La stratégie de renforcement de l'enseignement pratique dans toutes les ENEP.

But
Une stratégie de renforcement de l'enseignement pratique est développée dans les ENEP pilotes.

Durée
2 ans (Février 2016 – Février 2018)

Sites
- ENEP de Loumbila et de Dédougou
-6 écoles d'application
(4 à Ouagadougou et 2 à Dédougou)

Bénéficiaires
- Directions centrales et techniques du MENA
- Encadreurs pédagogiques des CEB pilotes
- Formateurs et Elèves-maîtres des ENEP pilotes
- Directeurs d'écoles, maîtres-conseillers, stagiaires et élèves des écoles d'application pilotes
Ministère de l'Education Nationale et de l'Alphabétisation
Agence Japonaise de Coopération Internationale

"En améliorant les Possibilités, réalisant le Rêve, ayant l'Originalité, les Stagiaires acquièrent la Passion, l'Espoir, la Confiance, et la Tendresse pour l'enseignement et l'apprentissage !!

 

Stratégie et activités


Amélioration des compétences des élèves-maîtres sur l'enseignement pratique à travers les activités suivantes :
1) Identification du profil des sortants des ENEP

2) Conception des outils d'amélioration de stage théorique et pratique de la formation initiale des enseignants

3) Renforcement des compétences des formateurs des ENEP et des maîtres-conseillers des écoles d'application sur l'utilisation des outils conçus à travers des formations et des séminaires.

4) Expérimentation des outils avec les directeurs des études et des stages, formateurs de la pédagogie du calcul et la pédagogie d'éveil dans les ENEP et avec les maitres-conseillers et les stagiaires dans les écoles d'application.

5) Administration des tests aux élèves-maitres des ENEP et stagiaires des écoles d'application pour évaluer le niveau de leurs compétences.

6) Révision des outils après l'analyse de l'expérimentation.

 

 Outils pour réaliser la stratégie


1. Stage Théorique
Il est la 1ère année d'enseignement à l'ENEP où les élèves-maîtres reçoivent des cours théoriques. Le projet intervient dans les ENEP et concerne deux disciplines : Pédagogie du calcul et Pédagogie d'éveil.

1-1. Planification annuelle des cours 

La planification annuelle des cours est l'harmonisation des activités et des évaluations des cours et le renforcement d'une meilleure collaboration entre les formateurs d'une même discipline.

1-2. Fiches de conduite des activités pratiques
La fiche est le guide du déroulement des activités pratiques de la formation des élèves-maitres à l'ENEP. Ces activités sont :
- La simulation suivant le cycle de PDSI
- L'étude de cas
- L'utilisation des vidéos sur l'ASEI-PDSI


2. Stage Pratique
Le stage pratique est la pratique classe des élèves-maitres dans une école d'application à partir de leur deuxième année de formation.

2-1. Cahier de stage pratique
Le cahier de stage pratique est le document de suivi quotidien du stage. Il renseigne les mêmes informations que le rapport de stage et permet au stagiaire de s'auto évaluer et de beaucoup communiquer avec son maitre-conseiller.

2-2. Guide de l'école d'application
Le guide de l'école d'application est le document guide du stage pratique. Il est tenu par le maitre-conseiller pour lui permettre d'évaluer et de créer un cadre de concertation régulière avec le stagiaire.

 

3. Évaluation des compétences des élèves-maîtres sur l'enseignement pratique

3-1. Profil des sortants des ENEP
Le profil des sortants détermine les compétences que doit avoir un élève-maitre au sortir de sa formation théorique et pratique.

3-2. Outil d'évaluation des compétences des stagiaires
L'outil d'évaluation des compétences des stagiaires est une grille d'appréciation et d'auto-évaluation plus objective du stagiaire

3-3. Épreuves pour évaluer les compétences des élèves-maîtres
Ces épreuves sont administrées lors d'un test pour évaluer les compétences des élèvesmaitres à l'entrée et ceux sortants de l'ENEP.

IMG 20161222 065152La directrice de la promotion de l'éducation inclusive des filles et du genre, madame Rasmata Ouédraogo a été l'invité l'émission RTB Matin ce jeudi 22 décembre 2016. Elle s'est entretenue avec l'animatrice Cynthia Hilaire sur la promotion de l'éducation inclusive et celle des filles.

CEG BilangaChantier de Paladoubé 2

Près de sept mois après le lancement officiel à Fada par le Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA, du programme de réalisation d'infrastructures éducatives dans le cadre du programme présidentiel, Une visite le 20 décembre 2016 dans la région de l'Est permet d'avoir une idée sur l'état d'avancement de la construction des infrastructures.

L'école primaire publique de Kaya Kosso s'illustre positivement dans la pratique du jardinage.Située à une dizaine de kilomètres à l'ouest de Tiébélé, l'école primaire publique de Kaya Kosso avec un effectif de 312 élèves répartis entre trois classes, excelle dans la pratique du jardinage. Lors du passage d'une équipe de la Direction de la communication et de la presse ministérielle du MENA, les élèves et les enseignants de l'école étaient à pied d'œuvre pour faire de cette activité une réussite.

La Direction des archives et de la documentation (DAD) du Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a organisé du 20 au 23 décembre 2016 à Koudougou, un atelier de formation des responsables et des agents des structures déconcentrées en techniques d’archivage du MENA sur le classement, le traitement et la gestion de l’ensemble des fonds archivistiques.

20161223 085905

Le ministère de l'Education nationale et de l'Alphabétisation pour une question d'anticipation a organisé un CASEM extraordinaire pour adopter son plan d'action 2017 le vendredi 23 Décembre 2016.

20161222 083006

Le secrétaire général du MENA, le Dr Yombo Paul DIABOUGA et la représentante résidente de l'UNICEF au Burkina ont co-présidé la cérémonie officielle de remise de véhicules 4x4, le jeudi 22 Décembre 2016 à Ouagadougou.

20161222 083405

Madame Tomoko SIBUYA, alias Fatimata OUEDRAOGO, responsable du programme éducation de l'UNICEF au Burkina est promue à un poste au Niger. Elle aura donné le meilleur d'elle même pour les beaux jours de notre système éducatif et à l'occasion , le secrétaire général du ministère lui a rendu un hommage appuyé.
Le temps avant son départ a été mis à profit pour présenter succintement le bilan annuel du programme UNICEF de l'Education au titre de l'année 2016. Cette rencontre co-présidée par le Dr Yombo Paul Diabouga, secrétaire général du MENA et la Dr Anne VINCENT, représentante résidente de l'UNICEF au Burkina s'est déroulée le jeudi 22 Décembre 2016 à Ouagadougou.

20161223 125100

Le ministre de l'Education nationale et de l'alphabétisation, Jean-Martin COULIBALY a présidé une rencontre de travail avec les premiers responsables des structures au niveau déconcentré que sont les DRENA et les DPENA. Il avait à ses côtés, Eric BENON, directeur du cabinet et du secrétaire général du ministère, le Dr Yombo Paul DIABOUGA.

DSC 1255

La grande Chancellerie des Ordre Burkinabè, a organisé ce vendredi 23 décembre 2016 au Premier Ministère, une cérémonie de décoration. A l'occasion, le ministre en charge de l'Education, Jean Martin Coulibaly a été fait Officier de l'Ordre national.

20161221 113712

Le mess des sous-officiers de Ouagadougou a servi de cadre, le mercredi 21 décembre 2016 pour la célébration de l'arbre de noël de la Circonscription d'Education de Base de Ouaga IV. A l'occasion , une minute de silence a été observée en mémoire des 12 soldats tombés au front le 16 décembre dernier.

20161220 155737

Le mardi 20 décembre 2016 a eu lieu à Ouagadougou une première rencontre d'échanges autour de la plate-forme revendicative du Syndicat national des encadreurs pédagogiques de l'enseignement secondaire(SNEPES) remise au ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation le 15 novembre dernier.

Cal 2ecole prefabriquee zogona 3

Chères collaboratrices, chers collaborateurs,


A la veille des vacances de premier trimestre ce 22 décembre 2016, je tiens à m'adresser à vous, comme il est de coutume dorénavant avec les acteurs de l'éducation que vous êtes, à chaque date qui ponctue la vie scolaire.

20161214 092942

Du 14 au 15 décembre 2016 a eu lieu à Manga , le conseil de direction ordinaire de la Direction régionale de l'Education nationale et de l'alphabétisation du Centre-Sud. Il a été présidé par Roger Kaboré, directeur régional en charge de l'Education qui avait à ses côtés les 3 directeurs provinciaux de l'Education de la région.

Le Ministère de l'Education nationale et de l'Alphabétisation tient par la présente à apporter des informations sur le mandatement des professeurs sortants de l'IDS et de l'ENS/UK. Vous pouvez voir la liste des 87 dossiers restants qui comportent des problèmes liés à des pièces manquantes ou non conformes en cliquant ici.

Le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation à travers le projet « ES/CEBNF» a procédé ce vendredi 9 décembre 2016 à Roatenga dans la commune de Boulsa, à une  remise de prix aux meilleures Ecoles de qualité Amie des enfants (EQAmE). C’était en présence de monsieur Salfo Tapsoba, chargé de mission, représentant monsieur le ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation.

Le Secrétaire général du ministère de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Dr Yombo Paul DIABOUGA, a présidé le lundi 5 Décembre 2016 à Ouagadougou, la cérémonie d'installation officielle de la nouvelle présidente du conseil d'administration du Centre national des manuels et fournitures scolaires (CENAMAFS), madame Minata OUEDRAOGO/ZANGA. C'était en présence du directeur général, des administrateurs du conseil et du personnel du CENAMAFS.

Le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a organisé un atelier de validation du rapport provisoire de la stratégie nationale de réalisation des infrastructures éducatives. C’était le lundi 05 décembre 2016 à Ouagadougou. Cet atelier, présidé par monsieur Issa Gandema, représentant le secrétaire général du MENA, a permis d’éclairer les participants sur les différents modèles de construction des infrastructures éducatives au Burkina Faso mais aussi de déterminer la faisabilité des propositions faites par le consultant.

L’amphi ‘’B’’ de l’Université Joseph KI-ZERBO a servi de cadre le jeudi, 1er D 2016 à la tenue d’un panel entrant dans le cadre de la semaine scolaire d’éducation à la citoyenneté. Placé sous le thème : « Ecole burkinabè et incivisme : quelles contributions des acteurs pour une promotion du civisme et de la citoyenneté », ce panel vise à entretenir la jeunesse estudiantine sur la citoyenneté, le civisme et la paix.

Le samedi 3 décembre 2016, le Ministre de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation, Jean Martin COULIBALY, a procédé à l’inauguration de l’école primaire publique  de Betiessan dans la commune  de Léo. Il avait à ses côtés le Gouverneur de la Région et madame la Secrétaire générale de la Présidence du Faso, représentante du Directeur de Cabinet de la Présidence du Faso, parrain de la cérémonie.

Le ministère de l'éducation nationale et de l'alphabétisation a tenu un atelier de relecture des cahiers des charges des établissements privés d'enseignement post-primaire et secondaire général formel et non formel. C'était du 28 novembre au 1er décembre 2016 à Koudougou.

Le directeur de la recherche en éducation non-formelle (DRENF), monsieur Tiambé Dioma était ce jeudi 24 novembre 2016 à l’émission RTB-Matin. Il a évoqué avec l’animatrice Cynthia Hilaire, la problématique de l’éducation non-formelle (ENF) au Burkina.

Le ministre de l'Education nationale et de l'alphabétisation, Jean-Martin COULIBALY a reçu en audience  le jeudi 1er Décembre 2016 à Ouagadougou son excellence monsieur Vincent Le PAPE, ambassadeur du Canada auprès du Burkina Faso.

DSC05316

Le ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly, a reçu en audience le lundi 28 novembre 2016 à Ouagadougou, le Syndicat national des personnels des enseignements préscolaire, primaire et post-primaire du Burkina (SYNAPEP-B). L'occasion pour les responsables du nouveau syndicat de prendre non seulement contact avec le premier responsable du département mais aussi d'évoquer les ambitions de leur structure.

Contenu du protocole d'accord

Le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Jean Martin COULIBALY a procédé à la signature d'un protocole d’accord avec le Syndicat national des encadreurs pédagogiques du premier degré (SNEP/PD) ce mardi 22 novembre 2016 à Ouagadougou. Le protocole porte sur six points. Pour obtenir l'intégralité des points d'accord, cliquez ici.

SAM 0489

Koudougou a abrité du 18 au 19 novembre 2016, un atelier de validation des textes régissant les bourses au post-primaire et au secondaire de l'enseignement technique et la formation professionnelle et scientifique.


L'objectif de l'atelier est de doter la direction de l'Information, de l'orientation Scolaire, professionnelle et des Bourses (DIOSPB) du MENA de référentiels pour une gestion rationnelle des bourses d'études et de stages. La cérémonie d'ouverture et de clôture des travaux de l'atelier a été présidée par monsieur Soalga Jean François, représentant le DRENA du Centre Ouest.

Le coordonnateur du projet ‘’Ecoles satellites et centres d’éducation de base non formelle (ES/CEBNF)’’, monsieur Mamoudou Diallo était l’invité de l’émission RTB matin du jeudi 17 novembre 2016.  Il s’est entretenu avec le journaliste sur le bilan et les perspectives du projet ES-CEBNF /EFORD

lll

 

Les syndicats du monde éducatif ont effectué le mercredi 5 octobre 2016, une marche à Ouagadougou à l'occasion de la journée mondiale de l'enseignant. Cette marche des travailleurs de l'éducation qui les a conduit de la bourse du travail à l'immeuble de l'éducation a permis à la coordination des syndicats de remettre leurs doléances au ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation, Jean Martin Coulibaly.

Le Burkina Faso à l'instar des autres pays du monde ont célébré, la journée mondiale de l'enseignant cette année sous le thème : « La responsabilité de l'autorité politique dans la faillite de l'école burkinabè »

Dans le cadre du lancement officiel de la rentrée, le Secrétaire général du Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Dr. Yombo Paul DIABOUGA  a visité  l’école de Tang-Zugu au centre-ville de Ouagadougou, le lundi 3 octobre 2016, date de la reprise effective des cours.

En marge du lancement officiel de la rentrée, le ministre Jean Martin Coulibaly a procédé à la remise officielle des attestations de fin de formation des 4200 enseignants du programme gouvernemental « emploi jeunes pour l’éducation nationale ». C’était le lundi 03 octobre 2016 à l’institut des Sciences (IDS).

La coordonnatrice du projet ‘’Une Lampe pour l’Afrique’’, madame Sanata Sawadogo/Congo était l’invité de ce jeudi, 29 septembre 2016. Au cours de l’émission « RTB-matin », il était question pour la coordonnatrice d’aborder les questions relatives aux activités menées par le projet.

Dédougou a abrité les 29 et 30 septembre 2016, le symposium de l’éducation inclusive dans la province du Mouhoun. Organisé par la direction de la promotion de l’éducation inclusive, des filles et du genre (DPEIFG) avec l’appui financier de l’UNICEF, le symposium a eu pour thème « l’éducation inclusive, un défi pour bâtir une société plus inclusive ». Les  cérémonies d’ouverture et de clôture ont été présidées par le Secrétaire général de la province, Jean Baptiste Samboum Somé, représentant le Haut-commissaire.

Le Ministre Jean Martin COULIBALY a procédé au lancement officiel de la rentrée scolaire et de la reprise des activités académiques  2016-2017, ce lundi 3 octobre 2016, au Lycée Technique Aboubacar Sangoulé LAMIZANA(ASL), à l’Institut Des Sciences (lDS) et à l’école primaire publique du château à Ouagadougou. Il était accompagné de monsieur  Urbain COULDIATY, Secrétaire d’Etat chargé de la Recherche et de l’Innovation, représentant le Ministre de l’Enseignement supérieur.

Le lancement officiel de l’atelier de formation des moniteurs et Educateurs des jeunes enfants (MEJE) a eu lieu le lundi 26 Septembre 2016 à Bobo-Dioulasso. Placée sous le thème : « Les stratégies d’amélioration de la qualité de l’Education Préscolaire », la cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le directeur du Développement de l’Education Préscolaire et de l’enseignement Primaire, monsieur Hamadou Diallo. Identifier les déterminants et les indicateurs de la qualité de l’éducation préscolaire, les difficultés liées à la réalisation d’une éducation préscolaire de qualité et proposer des stratégies pour l’amélioration de la qualité de l’éducation préscolaire. Tels sont entre autre les objectifs de cet atelier de formation au profit des acteurs du préscolaire. Au total, 502 participants repartis dans les cinq bassins de formation se pencheront sur les stratégies d’amélioration de la qualité de l’éducation préscolaire.

Le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA) a tenu un atelier de pré-validation des outils de lecture des trois premières années du primaire (CP1, CP2, CE1). C’était du 23 au 24 septembre 2016 à Ouagadougou au sein de la Direction générale de la recherche en éducation et de l’innovation pédagogique (DGREIP).

Le Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) a organisé du 19 au 23 septembre 2016 à Ouagadougou, une rencontre de concertation suivie d'une formation des journalistes et communicateurs du Burkina Faso.

Le Secrétaire général du Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Dr Yombo Paul DIABOUGA a présidé la rencontre extraordinaire du cadre partenarial. C’était le mercredi 21 septembre 2016 dans la salle de rencontre de la DRENF à Ouagadougou.
Examiner et amender la note de cadrage du Plan sectoriel de l’éducation et de la Formation (PSEF), tel était l’objectif de cette rencontre.

Le ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation, à travers la direction du développement de l’enseignement post-primaire et secondaire général (DDEPPSG) a organisé sa conférence annuelle de l’enseignement post-primaire général, du 19 au 22 septembre 2016 à l’Université de Koudougou. Ouverts par le directeur général de l’éducation formelle (DGEF), Seydou Dramé, les travaux ont été clos par le secrétaire général du ministère, Yombo Paul Diabouga. Ils avaient à leurs côtés le conseiller technique, François Compaoré,  l’inspectrice générale des services, Noelie Tiétiembou et le DRENA du Centre-Ouest, Evariste Guébré.

Le ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Jean-Martin Coulibaly, entouré de ses plus proches collaborateurs, a présidé la cérémonie de restitution des résultats de l'évaluation des apprentissages du Programme d'Analyse des Systèmes Educatifs de la CONFEMEN (PASEC) de 2014, le lundi 19 septembre 2016 à Ouagadougou.

Chères collaboratrices, chers collaborateurs,
Nous voilà à l'orée d'une nouvelle année scolaire et avant que les élèves et les enseignants n'entament les activités pédagogiques dans les classes le 3 octobre 2016, vous avez fait votre rentrée ce 15 septembre 2016 pour préparer l'année scolaire 2016-2017. L'administration est à l'école, ce qu'est le cerveau à l'organisme.

La Direction régionale de l'Education Nationale et de l'Alphabétisation
(DRENA) du Plateau Central, a effectué le tirage au sort des affectations des Instituteurs adjoints certifiés (IAC) nouvellement recrutés, le jeudi 8 septembre 2016 en son sein. Cette opération d'affection des IAC se déroule simultanément dans les autres régions du pays à l'exception du Centre.

Le secrétaire général du ministère de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Dr Yombo Paul Diabouga, a procédé le lundi 5 septembre 2016, à l'installation officielle du nouveau directeur général du Centre national des manuels et de fournitures scolaires (CENAMAFS), Monsieur Massadiamon SIRIMA.

Le directeur des ressources humaines du Ministère de l'Education Nationale et de l'Alphabétisation, Sibiri Evariste Sawadogo, était l'invité de l'émission « RTB Matin » du jeudi 1er septembre 2016, à la télévision du Burkina. Avec les animateurs, il a évoqué les questions relatives au redéploiement du personnel enseignant, et de la connexion internet au sein de la DRH.

 

La DRH/MENA a emménagé dans ses nouveaux locaux sis au quartier Paspanga depuis janvier 2016. Elle partage le mur ouest du lycée municipal de Paspanga et est située du côté nord-ouest du lycée Philippe Zinda Kaboré.
Pour y allez, vous devez emprunter l'avenue Thomas Sankara (comme si vous quittez le Lycée Philippe Zinda Kaboré pour aller vers l'hôpital Yalgado Ouédraogo ou à la Gendarmerie de Paspanga).

Le Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA)  a organisé du 17 au 19 août 2016 dans les chefs-lieux de régions, une session de formation des encadreurs pédagogiques sur l’approche Ecole de Qualité Amie des Enfants (EQAmE). La cérémonie officielle de lancement du processus de généralisation de cette approche a eu lieu ce vendredi 19 août 2016 à Manga.

Le jeudi 11 aout 2016 a eu lieu à Ouagadougou, la cérémonie d’installation de la Directrice des Services Informatiques, Madame Pamagni Delphine BITIE et du Directeur des Affaires Juridiques et du contentieux, monsieur Anayidwendé Nicodème OUEDRAOGO. Présidée par le Docteur Yombo Paul DIABOUGA, Secrétaire Général du MENA, la cérémonie a connu la présence des directeurs centraux et de nombreux parents et amis... Lire la suite de l'article

 

La Direction Provinciale de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation de la Kompienga a procédé ce samedi 6 Août   2016 à sa deuxième journée de reboisement dans les domaines scolaires. Ce lancement de la campagne de reboisement de ladite province a été placé sous la présidence de Monsieur Lamine SOULAMA,  Haut-commissaire de la province de la Kompienga... Lire la suite de l'article

 

Le ministre de l’Education nationale, Jean Martin Coulibaly, représentant le Premier Ministre, a présidé la cérémonie de sortie de promotion des Centres de formation professionnelle non formelle (CFPNF) de Koutoura et de Hoggo Sammboweel, le 18 juin dernier à Koutoura dans la région des Cascades.

Le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly, a co-animé le Ve  point de presse du Gouvernement tenu ce jeudi 16 juin 2016 dans la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères en compagnie de son homologue de l’Enseignement supérieur,  Filiga Michel Sawadogo. Le ministre Coulibaly a fait un bilan partiel des examens du BEPC, du CAP, du BEPC et la situation de crise dans la région des cascades.

Lisez plutôt l’intégralité de la déclaration liminaire du ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation 

Le Directeur du cabinet du ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Babou Eric Benon et madame le Gouverneur de la région du Centre-Ouest, Alizéta Dabiré, ont procédé au lancement du certificat d’étude primaire (CEP) ce mardi 07 juin 2016.

« Tu as déjà lu ou entendu un conte qui t’a plu, raconte » c’est par ce sujet de rédaction que le directeur du cabinet du MENA, Babou Eric Benon, représentant monsieur le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a procédé à l’ouverture de la première enveloppe.

Le vendredi 3 juin 2016 a eu lieu, à Finougou , commune rurale de Andemtenga , province du Kouritenga, la cérémonie officielle de remise des infrastructures des tranches 2 et 3 du projet de construction et d’équipement de salles de classes dans les écoles primaires publiques phase V du Japon. A l’occasion, Jean Martin Coulibaly a reçu des mains de son Excellence l’Ambassadeur du Japon au Burkina Faso, monsieur Masato Futaishi, les clés de 189 salles de classe. C’était en présence de monsieur Yirwaya Ouédraogo, haut-commissaire de la province du Kouritenga, représentant le gouverneur du Centre-Est.

Le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, monsieur Jean Martin Coulibaly a procédé au lancement officiel des examens du secondaire. C’était le mercredi 1er juin 2016 à Gaoua, chef-lieu de région du Sud-Ouest, en présence du gouverneur, monsieur Ambroise Stanislas Diarra.

Le ministre Jean Martin COULBALY a ouvert la 1ère enveloppe à 7h00 dans le centre du Lycée professionnel régional Doma Somé de Gaoua pour les examens de l’Enseignement et de la Formation techniques et professionnels et à 7h30 au lycée provincial Bafuji de Gaoua pour les épreuves du BEPC.

Le Gouverneur de la Région du Centre, Monsieur Joachim SOMDA a donné le top départ du déroulement des épreuves au Centre d’Enseignement technique féminin (CETF) et au Lycée Nelson Mandela, le mercredi 1er juin 2016, à Ouagadougou.

Les examens scolaires du Brevet d’Etudes du premier cycle (BEPC), du Brevet d’Etudes professionnelles (BEP) et du Certificat d’Aptitude professionnelle (CAP) ont débuté ce mercredi 1er juin 2016, sur toute l’étendue du territoire national.

Jean Martin Coulibaly, Ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation était face à la presse ce lundi, 30 mai 2016 dans la salle de conférence du MENA. L’Objectif est de partager avec les hommes et femmes de médias, l’état de lieu de l’organisation des examens scolaires et des sujets d’actualités sur l’éducation. C’était en présence du Secrétaire Général, Dr Yombo Paul Diabouga et son staff technique.

Le Ministre Jean Martin Coulibaly a rencontré les hommes et femmes des médias pour leur faire le point de l’organisation des examens scolaires qui débutent le mercredi 1er Juin 2016 et s’achève le 30 juin.

Le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation à travers la direction des sports, de la culture et des loisirs de l’éducation de base (DSCLEB) célèbre ce vendredi 27 mai 2016 sur l’ensemble du pays, la deuxième édition de la journée culturelle sous le thème : « culture et civisme ».

« Culture et civisme », c’est autour de ce thème que se tient et se déroule concomitamment dans toutes les directions centrales et déconcentrées du MENA, la deuxième édition de la journée culturelle.

Le premier ministre Paul Kaba THIEBA, chef du Gouvernement, a procédé le jeudi 26 mai 2016, à Fada N’Gourma, au lancement officiel des travaux de construction de 160 infrastructures éducatives. C’était en présence des ministres Jean Martin COULIBALY de l’éducation nationale, Maurice BONANET de l’habitat, Jacob OUEDRAOGO de l’agriculture, Sommanogo KOUTOU des ressources animales et du Gouverneur de la région.

rencontre mena-ptf 2016Le Ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Jean Martin Coulibaly a rencontré les partenaires techniques et financiers intervenant dans le domaine de l’éducation, le mardi 24 mai 2016 dans la salle de réunion de la DRDP à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre était de partager la vision du gouvernement dans le secteur de l’éducation.

La modernisation du système éducatif est un processus de changement significatif, une recherche de qualité basée sur la nécessité de l’adapter au contexte actuel.

conclaves efa  1Le projet d’appui à l’enseignement primaire bilingue franco-arabe (PREFA) organise du 23 au 29 mai 2016, une campagne de sensibilisation pour l’adhésion à la réforme de l’éducation franco-arabe et la promotion de l’éducation de la jeune fille dans les sept (7) régions. La cérémonie officielle de lancement de la campagne a eu lieu le lundi 23 mai à l’ENEP de Ouahigouya.   

Placée sous le thème : « Contribution des Ecoles franco-Arabes au développement du système éducatif », la cérémonie d’ouverture a été présidée par monsieur Assane Sawadogo,

marche meres de jumeaux 1Dans le cadre de la première édition de la Journée Nationale des jumeaux (JNJ), le Cercle d’Expression Sociale des Jumeaux du Burkina (CESJ/B) a organisé le jeudi 12 mai 2016, une marche des mères et des enfants jumeaux au ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

enseignement catholique 1Un atelier de finalisation de la relecture de la convention entre l’Etat et l’église catholique s’est déroulé à Ouagadougou du 10 au 11 mai 2016 sous la présidence de monsieur Seydou Dramé, représentant le Secrétaire Général du MENA et le secrétaire national de l’enseignement catholique (SNEC).

« Proposer la nature du soutien de l’Etat à l’enseignement catholique ; proposer le montant et les modalités du soutien à l’enseignement catholique » tels sont entre autres les objectifs de cet atelier de 48 heures

signature aide memoireLe ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Jean Martin Coulibaly et le chef de file des partenaires techniques et financiers, Jean Bernard Dubois, ont procédé à la signature de l’aide mémoire de la quatrième mission conjointe du Programme de développement stratégique de l’éducation de base (PDSEB). C’était le vendredi 6 mai 2016 en présence des représentants des ministères partenaires et du Secrétaire permanent du PDSEB.

« Réaliser un suivi-évaluation de la performance du sous secteur de l’éducation de base,

mena nagare  3Le ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly s'est rendu le mercredi 20 avril 2016 à Nagaré dans la commune de Logobou, province de la Tapoa pour apporter le soutien du gouvernement aux enseignants violentés par leurs élèves le 14 avril dernier et échanger avec eux sur leur plateforme minimale.

Mandaté par le Chef de l'Etat, le Ministre de l'Education nationale

Les communiqués

Concours professionnel pour le recrutement d’élèves professeurs certifiés des lycées et collèges titulaires du CAP-CEG, à former à l’Institut des sciences (IDS) de Ouagadougou - Session 2016

Concours professionnel pour le recrutement de cent vingt (120) élèves professeurs certifiés des lycées et collèges, titulaires du CAP-CEG à former à l’Ecole normale supérieure de l’Université de Koudougou (ENS/UK) - Session 2016

Concours professionnel pour le recrutement de cinquante (50) élèves Inspecteurs de l’enseignement secondaire à former à l’Ecole normale supérieure de l’Université de Koudougou (ENS/UK) - Session 2016

Concours professionnel pour le recrutement de quatre-vingt-dix (90) élèves conseillers pédagogiques de l’enseignement secondaire à former à l’Ecole Normale Supérieure de l’Université de Koudougou (ENS/UK) - Session 2016

Concours professionnel pour le recrutement de vingt-cinq (25) élèves conseillers d’éducation à former à l’Ecole Normale Supérieure de l’Université de Koudougou (ENS/UK) - Session 2016

Concours professionnel pour le recrutement de trente (30) élèves attachés d’éducation à former à l’Ecole Normale Supérieure de l’Université de Koudougou (ENS/UK) - Session 2016

Concours professionnel pour le recrutement de deux cent quatre vingt (280) Elèves Instituteurs Principaux (IP) - Session 2016

Concours professionnel pour le recrutement de cent trois (103) Elèves Inspecteurs de l’Enseignement du Premier Degré (IEPD) - Session 2016

Concours professionnel pour le recrutement de soixante huit (68) Elèves Conseillers Pédagogiques Itinérants (CPI) - Session 2016

Concours professionnel pour le recrutement de 26 Elèves Conseillers d'Administration Scolaire et Universitaire (CASU) et de 23 Elèves Conseillers d'Intendance Scolaire et Universitaire (CISU) - Session 2106

Concours professionnel pour le recrutement de 50 Elèves Attachés d'Administration Scolaire et Universitaire (AASU) et de 51 Elèves Attachés d'Intendance Scolaire et Universitaire (AISU) - Session 2106

crise CEG de NagaréSuite à la situation qui prévaut à Nagaré (province de la TAPOA) où les enseignants du CEG ainsi que ceux de l’école primaire publique, ont subi des agressions d’une rare violence dans la journée du jeudi 14 avril 2016, le Ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation a dans un communiqué marqué sa très grande préoccupation, face à cette situation indigne de notre système éducatif.

testCommuniqué d'ouverture du concours direct sur mesures nouvelles de recrutement de trois milles (3000) Instituteurs Adjoints Certifiés (IAC) - Session 2016

nendo2C’est reparti pour le développement de Nendo, version 2

Le projet Burkina Open Data Initiative (BODI) a lancé le 2 avril 2016 les travaux de développement de la version 2 de l’application “Nos Ecoles Nos Données” ou NENDO. Tous les samedis, une trentaine de membres de la communauté open data, travaillent de façon collaborative – le co-working – au développement de la deuxième version de l’application NENDO. La première version de NENDO a été développée en 2014 et permet de visualiser les écoles de la commune de Komki-Ipala, sur la base de données ouvertes du secteur de l’éducation nationale. NENDO2, va concerner les écoles des villes de Ouagadougou et Bobo Dioulasso.

Le Ministère de l'éducation nationale et de l''alphabétisation participe aux travaux de développement aux côtés de l'Agence Nationale de la Promotion des TICs (ANPTIC) et d'autres institutions et partenaires du projet. 

NENDO a pour but d’être un outil d’aide à la décision pour les acteurs de l’éducation mais aussi une plateforme de visibilité pour les établissements scolaires.

Retrouvez l'article complet sur NENDO en cliquant sur l'un des liens suivants :

Français : http://blog.data.gov.bf/index.php/cest-reparti-pour-le-developpement-de-nendo-version-2/

English: http://blog.data.gov.bf/index.php/development-of-nendo-version-2-here-we-go-again/

Site web : http://nendo.data.gov.bf/

 

 

 

 

L’école américaine "International School of Ouagadougou" organise une semaine de la francophonie en Afrique qui a débuté ce vendredi 25 mars 2016 à Ouagadougou. C’est le ministre de l’Education nationale  et de l’alphabétisation, Jean Martin Coulibaly qui a lancé les activités en animant devant l’assemblée des élèves de l’établissement, une conférence sur l’importance de l’éducation en général et en rapport avec à la culture africaine.

Devant des élèves curieux et réceptifs, le ministre en charge de l'éducation a fait un rappel sur la dimension et les enjeux de la francophonie puis,

Le jeudi 24 Mars 2016 s’est tenue à Ouagadougou, la revue annuelle 2015 du CSD/EA de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD). Jean-Martin Coulibaly et Filiga Michel Sawadogo, respectivement ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation et ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ont présidé les travaux, en présence des partenaires techniques et financiers.

Définir les priorités, identifier les actions à conduire, déterminer les outils de contrôle, produire les rapports de suivi-évaluation, superviser  la mise en œuvre des plans d’action, telles sont les missions dévolues au  Cadre Sectoriel de Dialogue Education- Alphabétisation (CSD/EA), un dispositif de la SCADD.

Le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Jean Martin Coulibay entend impliquer davantage les femmes dans la gestion de son département. Pour preuve, des 19 responsables qu'il a nommé depuis sa prise de fonction 8 sont des femmes, soit 42% des nommés.

enep ddgLe ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, monsieur Jean Martin COULIBALY a procédé à la signature le jeudi 25 février 2016, d’un arrêté ministériel adoptant le nouveau cahier des charges des Ecoles privées de Formation des Enseignants du Primaire (EPFEP).

Dans le cadre de la célébration de la journée du 8 Mars, les femmes du secrétariat général du Ministère de l’éducation Nationale et de l’alphabétisation (SG/ MENA)  ont échangé avec  Dr Hamadou Pengdwindé SEOGO sur le cancer du col de l’utérus et du sein, le jeudi 17 mars 2016  au sein dudit ministère.  

La communication  suivie d’échanges faite  par le Dr Hamadou Pengdwindé SEOGO, assisté de Bibata Nacoulma de l’association des sages-Femmes  a porté sur

Le ministre de l’Education nationale et de lAlphabétisation, monsieur Jean Martin Coulibaly a animé dans l’après-midi du jeudi 17 mars 2016 à Ouagadougou, le 2èmepoint de presse du Gouvernement. Il était en compagnie du ministre en charge de la communication, Rémis Fulgance Dandjinou, et de celui en charge de la santé, Smaïla Ouédarogo pour situer l'opinion publique sur les récentes mesures sociales présidentielles.

Le principal sujet développé par le ministre Jean Martin est relatif à l’emploi de 4200 jeunes diplômés pour faire face au déficit en enseignants au post primaire estimé à 6 399 professeurs.

Le Ministre de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly en compagnie de ministre Suisse des affaires étrangères, Didier Burkhalter ont effectué une visite de travail au centre d’alphabétisation du village de Bedogo dans la commune urbaine de Kombissiri. C’était le lundi 07 mars 2016 en présence de l’ambassadeur Jean Bernard Dubois, des chefs coutumiers de la localité et bien d’autres autorités.

« Contribuer à l’amélioration des conditions de vie  des groupes défavorisés ou vulnérables avec la pleine participation de leur communauté,

Les directeurs régionaux ont profité d'une rencontre avec le ministre en charge de l'éducation le vendredi 11 mars 2016 pour poser le problème de l'indiscipline dans les établissements. Ils ont déploré le fait que de plus en plus d'enseignants et/ou d'élèves organisent des manifestations pour exiger le départ des proviseurs et chefs d’établissement. Tout en reconnaissant que la méthode utilisée dans ces mouvements n'est pas acceptable,

A  l'occasion de la rencontre entre le ministre de l'Education nationale et de l'alphabétisation et les directeurs régionaux de son département, le vendredi 11 mars 2016, Jean Martin Coulibaly est revenu sur la question du recrutement des Bac+2  prônée par le gouvernement.

A l’occasion de la rencontre avec les responsables régionaux de l’éducation nationale, le vendredi 11 mars 2016, le ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly en a profité pour évoquer un problème qui lui tient « particulièrement à cœur ». C’est le cas des grossesses non désirées et des viols dans les établissements d’enseignement du Burkina Faso.

Le  ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly a reçu la visite des "élèves étoiles" du programme de télé-éducatif  "Tableau d'Honneur" des treize régions du Burkina Faso, le vendredi 11 mars 2016 à Ouagadougou. C’était en présence du promoteur  de l’émission, Moussa Boundané.

En prélude  à la « Nuit des TH 2015 » qui marque la clôture de la 6ème saison du programme télé-éducatif « Tableau d’Honneur », prévue pour se tenir le samedi 12 mars,

Le Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly a présidé la cérémonie de l’ouverture de l’atelier de validation du Rapport sur l’état du système éducatif national (RESEN). C’était le 7 mars 2016 en présence des  ministres de l’urbanisme et de l’habitat, monsieur Maurice Dieudonné Bonnanet et de la femme et de la solidarité nationale madame Laure Zongo/Hien.

Le nouveau Directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation s’appelle désormais Babou Eric BENON. Il a été officiellement investi

Le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Jean Martin Coulibaly a reçu en audience l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, Tuilinabo Mushigui le Jeudi 18 février 2016.

L’objet de cette visite de courtoisie, selon le Diplomate Américain est de s’imprégner des priorités du secteur de l’éducation d’une part

Le Programme d’Analyse des Systèmes Educatifs de la CONFEMENE (PASEC) a mené sa première évaluation internationale en 2014 dans dix pays que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le Togo. Le lancement du rapport de cette évaluation internationale des systèmes éducatifs  est intervenu le 7 décembre 2015 à Dakar sous la présidence du ministre de l’Éducation nationale du Sénégal et  la participation de nombreuses délégations du monde de l’éducation dont celle du Burkina Faso. En somme, le rapport décrit une situation générale préoccupante, voire alarmante pour certains pays.

L’étude établit que dans la quasi-totalité des 10 pays, la grande majorité des élèves du primaire, que ce soit en début ou en fin de cycle, n’ont pas acquis les compétences leur permettant d’envisager la réussite de leur scolarité.

Le mardi 16 Février 2016 à Ouagadougou, le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation, monsieur Jean Martin Coulibaly a rencontré  les responsables  syndicaux de l’éducation nationale pour  une prise de contact.  C’était en présence de monsieur Yombo Paul Diabouga, secrétaire général du Ministère, du directeur de cabinet Ousmane Ouédraogo et de plusieurs responsables du MENA.

 Echanger avec les partenaires sociaux pour mieux appréhender leurs préoccupations  afin de

La  9ème session du Conseil de Fondation de Karanta, débutée le mardi 8 février a été close ce jeudi 11 février 2016 à Ouagadougou par Jean Martin Coulibaly, ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation et président dudit conseil. Au terme des travaux, les experts ont formulé des orientations, adopté les rapports de l’année écoulée, et le programme d’activités 2016.

A cette 9ème session, Karanta, le rapport des experts, le rapport d’activités janvier 2014- décembre 2015, le rapport moral de l’administrateur général, le rapport de la gestion du budget (2014-2015) ont été adoptés. A cela, il faut ajouter le programme d’activités et le budget prévisionnel 2016 qui ont été adoptés.

Avec une population estimée à 19 millions d’habitants le Burkina Faso dispose d’un potentiel humain considérable mais dont la capacité productive est limitée par la faiblesse du niveau d’instruction et l’inefficacité de notre système éducatif. La croissance de notre économie est dramatiquement contrainte par l’insuffisance des capacités dans tous les cœurs de métiers.
Dans le but de briser cette contrainte majeure et permettre l’augmentation substantielle de la productivité et de la compétitivité de l’économie, l’éducation nationale, notamment l’enseignement supérieur, la formation technique et professionnelle ainsi que l’alphabétisation seront au cœur de la politique de mon Gouvernement.
La priorité accordée à l’éducation nationale répond également à une exigence de justice sociale et de lutte contre les inégalités, car l’école doit permettre la promotion de tous quel que soit l’origine sociale.

Le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, monsieur Jean Martin COULIBALY a rencontré les responsables des structures  centrales, déconcentrées, rattachées et de mission, le jeudi 4 février 2016 à Ouagadougou. Objectif : prendre contact avec les responsables des structures du ministère. C’étaient en présence des Secrétaires généraux du MENA, monsieur Yombo Paul DIABOUGA et du MESRSI, monsieur Bila DIPAMA.
Après son installation le 18 janvier2016, le ministre de  l’Education nationale et de l’Alphabétisation a entamé diverses rencontres au sein de son département pour appréhender la situation réelle de la structure.

La cérémonie officielle marquant la nouvelle vision intégrée du dispositif institutionnel du système éducatif a eu lieu le mardi 26 janvier 2016 entre le MENA et l’ex MESS. C’était en présence de Filiga Michel Sawadogo, jusqu’alors,  Ministres des enseignements secondaire et supérieur et celui de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly.


Ce nouveau dimensionnement correspond à la vision du Président du Faso et qui intègre

Le secrétaire général du Gouvernement, Alain Thierry Ouattara a installé le lundi 18 janvier 2016, le nouveau ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.

Le nouveau Ministre Jean Martin Coulibaly a officiellement pris fonction à la tête du ministère en charge de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

Le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, monsieur Samadou COULIBALY a présidé la cérémonie de la commémoration de la Journée Internationale de l’Alphabétisation (JIA) 2015, le mardi 8 septembre 2015 à Kaya.  Objectif rappeler à l’Etat et à ses partenaires au développement, l’importance de l’alphabétisation dans la lutte contre la pauvreté et de susciter un élan favorable au développement socio-économique et culturel du Burkina-Faso.

Placée sous le thème « Alphabétisation et sociétés durables », la JIA est un moment de plaidoyer et de sensibilisation pour la promotion des actions en faveur de l’éducation non formelle au Burkina Faso. Et le ministre de rappeler que la commémoration de la JIA « revêt pour toutes les communautés des pays en développement, une importance capitale dans le domaine de la lutte contre l’ignorance, l’analphabétisme et leurs corollaires ». A cet effet, l’Etat burkinabé depuis plusieurs décennies, consent d’énormes efforts en vue de répondre quantitativement et qualitativement aux besoins fondamentaux de développement équitable et durable des communautés à la base, dont l’éducation constitue un atout majeur. Aussi des résultats appréciables ont été enregistrés tant au niveau du développement de l’offre d’ENF que de l’amélioration de la qualité. Selon le Rapport de l’Enquête Multisectorielle Continue (EMC), phase 1 de l’INSD, le taux d’alphabétisation des adultes âgés de 15 ans et plus est estimé à 34,5% en 2014, contre 28,7 % en 2006. Malgré cette performance, ce taux reste en deçà des attentes du PRONAA où un taux d’alphabétisation de 60% (dont 60% de femmes) en 2015 est attendu.   

Monsieur Samadou COULIBALY a tenu à remercier l’ambassadrice de Cuba pour avoir invité le MENA dans son pays afin de partager les expériences qui ont permis en quelques années d’éradiquer l’analphabétisme à Cuba.

Le représentant des opérateurs en alphabétisation, monsieur Narcisse OUEDRAOGO a  saisi l’occasion pour présenter leurs préoccupations notamment la diminution du nombre de centres durant ces trois dernières campagnes et l’insuffisance de centres de formations techniques spécifiques devant contribuer au renforcement des capacités des apprenants alphabétisés. Il a formulé également le vœu que des solutions idoines y relatives soient trouvées. Monsieur Ambroise TAPSOBA, représentant des PTF, tout en félicitant le Gouvernement et l’ensemble des acteurs et actrices pour les efforts consentis et les résultats obtenus, a réaffirmé l’engagement des PTF au côté du MENA.

La commémoration a permis d’identifier des défis à relever qui sont entre autres le renforcement des capacités du FONAENF, la professionnalisation des acteurs et des opérateurs en ENF et le transfert des compétences aux collectivités territoriales.

En marge de la journée commémorative, les participants ont eu droit à deux communications le lundi 7 septembre. La première communication sur le financement de l’éducation non formelle au BF : L’expérience du Fonds pour l’Alphabétisation et l’Education non Formelle (FONAENF) a été présentée par monsieur

Bazombié BAYALA du FONAENF. Celle sur le thème de la JIA « Alphabétisation et sociétés durables » a été présentée par monsieur Emile KAHOUN, directeur général de l’Education Non Formelle (DGENF).

DCPM / MENA

A lire aussi

Message du Ministre de l'Education Nationale et de l'Alphabétisation à l'occasion de la journée internationale de l'alphabétisation 2015

samadou-coulibalyComme chaque année, le 08 septembre nous commémorons  la Journée Internationale de l’Alphabétisation (JIA). C’est une journée qui offre l’occasion à  l’ensemble des pays du monde de réfléchir sur les actions entreprises en matière de lutte contre l’analphabétisme et d’interpeller la conscience collective à redoubler d’efforts pour l’atteinte des objectifs de l’Education Pour Tous (EPT).

La présente célébration, placée sous le thème « Alphabétisation et Sociétés Durables », rappel la synergie et les liens essentiels qui existent entre l’alphabétisation et les  objectifs de développement durable. En effet l’alphabétisation est un moteur essentiel du développement durable car les compétences en lecture et en écriture sont une condition préalable à l’apprentissage d’un ensemble plus vaste de connaissances, de compétences, d’attitudes et de valeurs nécessaires pour créer des sociétés durables.

Au Burkina Faso, malgré les efforts consentis   depuis  l’indépendance de notre pays, le taux d’alphabétisation progresse lentement. Selon le Rapport de l’Enquête Multisectorielle Continue (EMC), phase 1 de l’INSD, le taux d’alphabétisation des adultes âgés de 15 ans et plus est estimé à 34,5 en 2014, contre 28,7%  en 2006.

On note que ce taux progresse lentement et cela démontre toute l’ampleur de la lutte que doit  continuer de mener notre pays  contre l’analphabétisme.

En effet l’’analphabétisme est un fléau et les pays économiquement faible comme le Burkina Faso doivent multiplier les efforts afin d’améliorer sa principale ressource à savoir le capital humain. Il est  donc nécessaire de poursuivre les efforts déjà entrepris, afin d’accroitre l’offre et la qualité de l’éducation non formelle (ENF). Cela passe entre autres par la pérennisation des acquis, la diversification des acteurs, la motivation des acteurs de l’ENF, l’accroissement des ressources financières allouées au sous-secteur et la prise en compte des technologies de l’information et de la Communication (téléphones portables, vidéo, ordinateurs, radio, etc.) qui  offrent également des possibilités d'alphabétisation pour tous. Nous devons y investir davantage. Cela favorisera  l’atteinte des objectifs de 60 % (dont 60 % de femmes) fixés dans le cadre du Programme National d’Accélération de l’Alphabétisation (PRONAA) pris en compte dans le PDSEB.

Depuis sa création en 1946, l’UNESCO est à l’avant-garde des efforts mondiaux dans le domaine de l’alphabétisation. Par ce thème, elle appelle  les États et  leurs  partenaires à redoubler d’efforts pour que l'alphabétisation soit pleinement reconnue comme l’un des plus puissants accélérateurs de développement durable. L’avenir que nous voulons commence avec l’alphabet.

C’est l’occasion de reconnaitre et de  saluer les  efforts des  hommes et femmes, acteurs de tous les niveaux,  associations et ONG, qui se battent tous les jours pour faire reculer les frontières de l’ignorance et de l’obscurantisme dans notre pays. C’est également l’occasion de saluer et de remercier l’ensemble des partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement constant dans la mise en œuvre des programmes d’ENF.

Au nom de tous les acteurs du système éducatif, au nom du Gouvernement du Burkina Faso et au mien propre, je réitère le souhait de notre pays de continuer à bénéficier de l’appui de l’UNESCO  et d’œuvrer à réaliser les objectifs de  l’éducation pour tous.

Vive l’alphabétisation, gage d’un développement durable !

Le Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation

Samadou COULIBALY

Conférence annuelle des Instituteurs Principaux 2015Le Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a organisé du 3 au 6 Août 2015, la conférence annuelle des Instituteurs Principaux. Dans la région du Nord, la conférence s’est déroulée à l’Ecole Nationale des Enseignants du Primaire (ENEP) de Ouahigouya sous le thème : « la réforme curriculaire dans le contexte du continuum ».

Cadre d’information et de formation, la conférence  pédagogique  de  Ouahigouya a regroupé cent quatre-vingt-quinze (195) Instituteurs Principaux. Objectif : outiller les encadreurs pédagogiques de compétences nécessaires pour une mise en œuvre réussie de la réforme des curricula.

Conférence Annuelle des Encadreurs Pédagogiques 2015Le ministère de l’éducation nationale  et de l’alphabétisation a tenu  du   lundi 27 au jeudi 30 juillet 2015 à Ouahigouya, la Conférence Annuelle des Encadreurs Pédagogiques de la région du Nord. Objectif général : Organiser un cadre formel d’échanges avec les encadreurs pédagogiques autour des grands dossiers du MENA.

Cadre privilégié de formation et de partages d’expériences, la conférence annuelle des encadreurs pédagogiques est également un véritable espace d’échanges sur des préoccupations éducatives de l’heure. C’est pourquoi, cette année, contexte oblige, le thème central retenu porte sur « La réforme curriculaire dans le cadre du continuum ».

Le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation a organisé le jeudi 23 juillet 2015 s’est tenue à Ouagadougou, dans la salle de conférence du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Régionale, la première session du comité national de pilotage du PDSEB (CNP). La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Ministre de l’Économie et des Finances, Jean-Gustave Sanon,  représentant Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement.  

 

« Bilan de la mise en œuvre du continuum dans le contexte de la reforme du système éducatif : Etats des lieux et Perspectives »,  tel est le thème retenu de la  1ère  session du comité national de pilotage du PDSEB adopté par décret en 2012 pour la période 2012-2021 en vue d’assurer un développement harmonieux et durable du  système éducatif de burkinabé.

Winson Emmanuel GOABAGA remplace Madame Alice Tiendrebéogo comme Directeur Général du FONAENFLa cérémonie de passation de service entre le nouveau Directeur général du FONAENF,  Monsieur Winson Emmanuel GOABAGA, et son prédécesseur Madame Alice Tiendrebéogo s’est tenue le jeudi 23 Juillet 2015 au siège de l’institution à Ouaga 2000. C’était en présence du secrétaire général du MENA, Yombo Paul Diabouga et de nombreux invités et amis.

Après  12 années à la tête du Fonds pour l’alphabétisation et l’éducation non formelle (FONAENF), madame Alice Tiendrébéogo, directrice générale sortante, a officiellement passer le témoin à monsieur Winson Emmanuel Goabaga, ancien secrétaire général du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

1ère édition de l’Académie des  Jeunes Lumières

La première édition de « l’Académie des Jeunes Lumières », s’est tenue le vendredi 31 juillet 2015, dans la salle des banquets de Ouaga 2000. Initiée par le premier ministère, cette journée dédiée à l’excellence nationale, a permis de célébrer le mérite de 303 élèves qui se sont particulièrement illustrés aux différents examens administrés dans les 45 provinces du Burkina Faso.

« Culture de l’excellence dans l’éducation pour un Burkina plus radieux », tel est le thème de cette initiative de la primature qui a permis de récompenser  les meilleurs élèves  du primaire, du post-primaire et du secondaire. Au total  303 lauréats au Certificat d’études primaires (CEP), au Brevet élémentaire du premier cycle (BEPC), au Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), au Brevet d’études professionnelles (BEP) et au Baccalauréat (BAC) toutes séries confondues ont été récompensés à la faveur cette première journée  de l’Académie des jeunes lumières (AJL).

Section 4: Le Service central du courrier

Article 33: Le Service central du courrier est chargé de :

  • réceptionner, d'enregistrer et de classer le courrier ;
  • ventiler le courrier ordinaire, les arrêtés, les décisions, les circulaires, les notes de service signés par le Secrétaire général.

Le Service central du courrier est dirigé par un chef de service nommé par arrêté du ministre.

Section 4: Le Service central du courrier

Article 33: Le Service central du courrier est chargé de :

  •  réceptionner, d'enregistrer et de classer le courrier ;
  • ventiler le courrier ordinaire, les arrêtés, les décisions, les circulaires, les notes de service signés par le Secrétaire général.

Le Service central du courrier est dirigé par un chef de service nommé par arrêté du ministre.

 

Section 5 : Le Service des affaires juridiqueset du contentieux

Article 34: Le Service des affaires juridiques et du contentieux est chargé :

  • de l'appui à l'élaboration des projets d'actes juridiques ;
  • du contrôle de conformité des projets d'actes juridiques ;
  •  de l'appui-conseil juridique aux services et aux agents du ministère ;
  •  de l'étude des dossiers de contentieux outre ceux relatifs à la gestion de la carrière des agents en collaboration avec la direction des ressources humaines et l'Agent judiciaire du trésor ;
  •  de la diffusion des textes législatifs et réglementaires del'éducation de base.

Le Service des affaires juridiques et du contentieux est dirigé par un chef de service nommé par arrêté du ministre.

  • Section 4

: Le Service central du courrier

Article 33

:

Le Service central du courrier est chargé de?:

  • réceptionner, d'enregistrer et de classer le courrier?;
  • ventiler le courrier ordinaire, les arrêtés, les décisions, les circulaires, les notes de service signés par le Secrétaire général.

Le Service central du courrier est dirigé par un chef de service nommé par arrêté du ministre.

 

1. Nous, ministres, chefs et membres de délégations, chefs d'institutions et hauts responsables d'organisations multilatérales et bilatérales, représentants de la société civile, de la profession enseignante, des jeunes et du secteur privé, nous sommes réunis en mai 2015 à l'invitation de la Directrice générale de l'UNESCO, à Incheon, en République de Corée, à l'occasion du Forum mondial sur l'éducation 2015. Nous remercions le Gouvernement et le peuple de la République de Corée d'avoir accueilli cette importante manifestation, ainsi que l'UNICEF, la Banque mondiale, l'UNFPA, le PNUD, ONU-Femmes et l'UNHCR, co-organisateurs de cette réunion, pour leurs contributions. Nous exprimons également nos sincères remerciements à l'UNESCO, qui a pris l'initiative et la direction de l'organisation de cet événement majeur pour l'Éducation 2030. 

 

Les épreuves écrites, orales et pratiques des examens du BEPC (Brevet d'études du premier cycle), du BEP (Brevet d'études professionnelles) et CAP (Certificat d'Aptitude professionnel) ont débuté le mardi 2 juin 2015  sur toute l'étendue du territoire national. C'est le ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation, Samadou COULIBALY,  en compagnie du secrétaire général du ministère des enseignements secondaire et supérieur, représentant   le ministre, qui a procédé au lancement officiel des épreuves. La cérémonie a eu lieu respectivement au Complexe scolaire « Les Elites  » et au lycée municipal de Sigh-Noghin. Cette session enregistre un effectif total de 223 970 candidats contre 199 063 en 2014, repartis ainsi qu'il suit :

Le Secrétaire Général  ministère de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Dr Yombo Paul Diabouga,  a animé un point de presse, le lundi 1er juin 2015, sur l'organisation des examens du CEP et du concours d'entrée en 6ème.
Dans une déclaration luminaire exhaustive, le secrétaire général du ministère a, d'entrée de jeu, fixé l'objectif poursuivi à travers la tenue de ce point de presse qui est d'informer la communauté éducative nationale, tant dans sa diversité que dans sa totalité sur les enjeux, les innovations, les données statistiques éclatées en genre, le chronogramme du CEP et du concours d'entrée en 6ème.
 

 

Samadou Coulibaly est né en 1959. Professeur d'anglais de formation, il est par la suite devenu encadreur pédagogique d'anglais. Il a travaillé à l'inspection d'anglais de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso et à l'Université polytechnique de Bobo-Dioulasso. Il est Ministre de l'Education Nationale et de l'Alphabétisation (MENA) depuis le 25 novembre 2014

 

 


DECRET N° 2016- 435 /PRES/PM/MENA

portant organisation du Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.

            


LE PRESIDENT DU FASO,
PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES,

VU    la Constitution ;

VU    le décret n° 2016-001/PRES du 06 janvier 2016 portant nomination du Premier Ministre ;

VU    le décret n°2016-003/PRES/PM du 12 janvier 2016 portant composition du Gouvernement ;

VU    le décret n° 2016-006/PRES/PM/SGG-CM du 08 Février 2016 portant attributions des membres du Gouvernement ;

VU    le décret n°2016-027/PRES/PM/SGG-CM du 23 février 2016 portant organisation-type des départements ministériels ;

Sur     rapport  du Ministre  de l’Education nationale et de l’Alphabétisation ;

Le     Conseil des Ministres extraordinaire entendu en sa séance du 29 février 2016 ;


D E C R E T E

CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Article 1 :    L’organisation du Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation est régie par les dispositions du présent décret et s’articule autour des structures suivantes :

-    le Cabinet du ministre, chef de département ;
-    le Secrétariat général.

 

CHAPITRE II : DISPOSITIONS RELATIVES AU CABINET DU MINISTRE, CHEF DE DEPARTEMENT

Section 1 : Composition  

Article 2 :    Le Cabinet du Ministre, chef de département comprend :
-    le directeur de cabinet ;
-    les conseillers techniques ;
-    l’inspection technique des services ;
-    les chargés de mission ;
-    le secrétariat permanent du programme de développement  stratégique de l’éducation de base (SP/PDSEB) ;
-    le secrétariat particulier ;
-    le protocole ;
-    la sécurité du Ministre.

Section 2 : Attributions

Paragraphe 1 : Le Directeur de cabinet

Article 3 :    Le Directeur de cabinet est chargé :
-    d’assurer la coordination des activités du cabinet du Ministre ;
-    d’assister le Ministre dans la gestion des affaires réservées et confidentielles et de traiter tout dossier qu’il pourrait lui confier ;
-    d’assurer les contacts officiels avec les cabinets des autres départements ministériels et les institutions.

Article 4 :    Le Directeur de cabinet est nommé par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre.
Il est placé hors hiérarchie administrative.

 

Paragraphe 2 : Les conseillers techniques

Article 5 :    Les conseillers techniques assurent l’étude et la synthèse des dossiers qui leur sont confiés par le Ministre.

Article 6 :    Les conseillers techniques, au nombre de cinq (05) au maximum, sont choisis en raison de leur compétence technique et nommés par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre.

Ils dépendent directement du Ministre et sont placés hors hiérarchie administrative.

 

Paragraphe 3 : L’Inspection technique des services

Article 7 :    L’inspection technique des services contrôle l’application de la politique du département et le fonctionnement des services, des structures éducatives, des établissements d’enseignement, des projets et programmes. Elle veille à la bonne gouvernance de l’éducation.

A ce titre, elle est chargée :
-    de l’appui-conseil pour l’élaboration et la mise en œuvre des programmes d’activités des services, projets et programmes ;
-    du contrôle de l’application des textes législatifs, règlementaires et des instructions administratives régissant le fonctionnement administratif, financier et comptable des services, des structures éducatives, des projets et programmes ;
-    des investigations relatives à la gestion administrative, technique et financière des services, structures éducatives, projets et programmes ;
-    de l’étude des réclamations des administrés et des usagers des services, projets et programmes ;
-    de la lutte contre la corruption au sein du ministère.

Article 8 :    Le pouvoir de contrôle et de vérification de l’inspection technique des services s’exerce aussi bien a priori qu’a posteriori sur l’ensemble des structures centrales, déconcentrées, rattachées et de mission placées sous la tutelle du ministère.

L’inspection technique des services dresse, à cet effet, des rapports de contrôle et de vérification à l’attention du Ministre. Il en est fait ampliation à l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC).

Article 9 :    L’inspection technique des services est dirigée par un Inspecteur général des services nommé par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre.

L’inspecteur général des services relève directement du Ministre. Il est placé hors hiérarchie administrative et bénéficie des mêmes indemnités que les Conseillers Techniques.

    L’inspecteur général des services est assisté d’Inspecteurs techniques des services au nombre de quinze (15) au maximum, nommés par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre.

Article 10 :    L’inspecteur général et les inspecteurs techniques sont choisis parmi les cadres supérieurs en raison de leur compétence technique et de leur bonne moralité. Les inspecteurs techniques bénéficient des mêmes indemnités que les Directeurs généraux des services.

 

Paragraphe 4 : Les chargés de mission

Article 11 :    Les chargés de mission sont des hauts cadres de l’administration, notamment ceux ayant occupé de hautes fonctions politiques et/ou administratives et qui sont en fin de mission. Ils assurent l’étude et l’analyse des dossiers spécifiques qui requièrent une bonne connaissance de l’administration publique et qui leur sont confiés par le Ministre.

    Les chargés de mission sont nommés par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre.

    Ils bénéficient des mêmes indemnités que les chargés de mission du Premier Ministère.

 

Paragraphe 5 : Le Secrétariat permanent du Programme de Développement stratégique  de l’Education de Base        

Article 12 :    Le Secrétariat permanent du Programme de Développement stratégique  de l’Education de Base (SP/PDSEB) assure le suivi de l’exécution et la coordination des activités dudit programme.

A ce titre, il est chargé :

-    d’organiser et de coordonner les interventions des différents partenaires techniques et financiers ;
-    d’assurer le rôle d’interface entre les autorités du  MENA et les Partenaires techniques et financiers (PTF) ;
-    de mettre en place un cadre fédérateur du suivi intégrant les besoins des différents acteurs ;
-    d’apporter l’appui technique nécessaire aux services centraux et déconcentrés du MENA pour la planification, l’exécution, le suivi et l’évaluation des activités qui leur sont dévolues dans le cadre de la mise en œuvre du PDSEB ;
-    de produire périodiquement et à  bonne date les rapports d’avancement du PDSEB ;
-    d’assurer le secrétariat des Conseils d’Administration des Secteurs Ministériels (CASEM) consacrés à la mise en œuvre du PDSEB ;
-    de veiller à la prise en compte dans le PDSEB des stratégies de mise en œuvre de l’Education Post 2015 ;
-    d’animer les cadres de concertation du PDSEB.

Article 13 :    Le Secrétariat permanent du PDSEB comprend les départements suivants:
-    le département en charge de l’accès ;
-    le département en charge de la qualité ;
-    le département en charge du non formel ;
-    le département en charge de la mobilisation sociale.

Article 14 :    Le Secrétariat permanent du PDSEB est placé sous l’autorité d’un secrétaire permanent nommé par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.

Il a rang de Conseiller technique.

Les chefs de département du SP/PDSEB sont nommés dans les mêmes conditions et ont rang de directeur de services centraux.

Article 15 :    L’organisation et le fonctionnement des départements du SP/PDSEB sont précisés par arrêté ministériel.

 

Paragraphe 6 : Le Secrétariat particulier

Article 16 :    Le secrétariat particulier assure la réception, le traitement et l’expédition du courrier confidentiel et réservé du Ministre. Il organise l’emploi de temps du Ministre.

Il est dirigé par un(e) secrétaire particulier (ère) nommé(e) par arrêté du Ministre.

Il/elle bénéficie des mêmes indemnités de responsabilité accordées aux chefs de services.

 

Paragraphe 7 : Le Protocole

Article 17 :    Le protocole est chargé, en relation avec le protocole d’Etat, de l’organisation des cérémonies du département, des audiences et des déplacements officiels du Ministre.
Il est nommé par arrêté du Ministre et a rang de chef de service.

Paragraphe 8 : La Sécurité du Ministre

Article 18 :    La sécurité est chargée d’assurer la sécurité du Ministre, Chef de département et des installations du Ministère.
Le responsable de la sécurité est nommé par arrêté du Ministre et a rang de chef de service.

 

CHAPITRE III : DISPOSITIONS RELATIVES AU SECRETARIAT GENERAL

Article 19 :    Pour la mise en œuvre et le suivi de la politique du gouvernement dans son secteur, le Ministre dispose d’un Secrétariat général placé sous l’autorité d’un Secrétaire général.
Le Secrétaire général est assisté dans sa mission par un Secrétaire général adjoint.
La composition et les attributions du Secrétariat général sont régies par les dispositions ci-dessous.

Section 1 : Composition du Secrétariat général

Article 20 :    Le Secrétariat général comprend :
-    les services du Secrétaire général ;
-    le Secrétaire général adjoint ;
-    les structures centrales ;
-    les structures déconcentrées ;
-    les structures rattachées ;
-    les structures de mission.

Paragraphe 1 : Les services du Secrétaire général

Article 21 :    Pour la coordination administrative et technique des structures du ministère, le Secrétaire général dispose :
-    d’un Bureau d’études ;
-    d’un Secrétariat particulier ;
-    d’un Service central de Courrier ;
-    d’un Service des Questions environnementales ;
-    d’un Service d’Accueil et d’Information.

Paragraphe 2 : Le Secrétaire général adjoint

Article 22 :    Pour la coordination administrative et technique du ministère, le Secrétaire général est assisté d’un Secrétaire général adjoint qui dispose d’un Secrétariat particulier.

Paragraphe 3 : Les structures centrales

Article 23 :    Sont des structures centrales, les structures qui exercent leurs activités sous le contrôle direct du Secrétaire général. Elles comprennent :
-    la Direction générale de l’Education formelle (DGEF) ;
-    la Direction générale de l’Enseignement et la Formation techniques et professionnels (DGEFTP) ;
-    la Direction générale de la Recherche en Education et de l’Innovation pédagogique (DGREIP) ;
-    la Direction générale de l’Encadrement pédagogique et de la Formation initiale et continue (DGEPFIC) ;
-    la Direction générale des Examens et Concours  (DGEC) ;
-    la Direction de l’Alphabétisation et de l’Education non formelle (DAENF) ;
-    la Direction des Sports, de la Culture et des Loisirs de l’Education (DSCLE) ;
-    la Direction de l’Information, de l’Orientation scolaire, professionnelle et des Bourses (DIOSPB) ;
-    la Direction de l’Allocation des Moyens spécifiques aux Structures éducatives (DAMSSE) ;
-    la Direction de l’Enseignement général privé (DEGP) ;
-    la Direction des Affaires juridiques et du Contentieux (DAJC) ;
-    la Direction générale des Etudes et des Statistiques sectorielles (DGESS) ;
-    la Direction de l’Administration et des Finances (DAF) ;
-    la Direction des Marchés publics (DMP) ;
-    la Direction des Ressources humaines (DRH) ;
-    la Direction du Développement institutionnel et de l’Innovation  (DDII) ;
-    la Direction de la Communication et de la Presse ministérielle (DCPM) ;
-    la Direction des Archives et de la Documentation (DAD) ;
-    la Direction des Services informatiques (DSI).

Paragraphe 4 : Les structures déconcentrées

Article 24 :    Les structures déconcentrées sont les démembrements du ministère au niveau régional, provincial, départemental et infra départemental. Elles comprennent :
-    les Directions régionales de l’Education nationale et de l’alphabétisation (DRENA) ;
-    les Directions provinciales de l’Education nationale et de l’alphabétisation (DPENA) ;

Paragraphe 5 : Les structures rattachées

Article 25 :    Sont des structures rattachées, les Etablissements publics de l’Etat relevant du ministère. Elles comprennent :
-    les Ecoles nationales des Enseignants du Primaire (ENEP) ;
-    le Centre national des Manuels et Fournitures scolaires (CENAMAFS).

Paragraphe 6 : Les structures de mission

Article 26 :    Les structures de mission sont les projets et programmes de développement concourant à l’accomplissement des missions du ministère et les cellules ou comités créés pour prendre en charge les questions transversales d’intérêt majeur. Elles comprennent :
-    les projets et programmes éducatifs ;
-    la Commission nationale des Bourses scolaires (CNBS) ;
-    la Commission nationale des Programmes scolaires (CNPS) ;
-    la Commission de l’Enseignement privé (CEP) ;
-    la Commission d’Attribution des Autorisations de diriger, d’enseigner et de surveiller (CAADES) ;
-    le Conseil national pour la prévention de la violence à l’école (CNPVE) ;
-    le Comité ministériel de lutte contre le VIH/SIDA (CMLS).

 

Section 2 : Attributions

Paragraphe 1 : Les attributions du Secrétaire général

Article 27 :    Le Secrétaire général assure la gestion administrative et technique du département ministériel.
Il assiste le Ministre dans la mise en œuvre de la politique du ministère.
Il est chargé de la coordination administrative et technique des structures centrales, des structures déconcentrées, des structures rattachées et des structures de mission.
En cas d’absence du Secrétaire général, le Secrétaire général adjoint assure l’intérim. Cet intérim ne saurait excéder trois (03) mois.

Article 28 :    Le Secrétaire général assure les relations techniques du département avec les structures techniques des autres ministères, le Secrétariat général du Gouvernement et du Conseil des Ministres et les institutions nationales.

Article 29 :    À l’exception des documents destinés au Chef de l’Etat, au Chef du Gouvernement, aux membres du Gouvernement, aux Présidents d’institutions et aux Ambassadeurs, le Secrétaire général reçoit délégation de signature pour :
-    les lettres de transmission et d’accusé de réception ;
-    les ordres de mission à l’intérieur du Burkina Faso ;
-    les décisions de congé ;
-    les décisions d’affectation ainsi que l’ensemble des actes de gestion du personnel des services relevant du secrétariat général ;
-    les textes des communiqués ;
-    les télécopies.

Article 30 :    Outre les cas de délégation prévus à l’article 29 ci-dessus, le Ministre peut, par arrêté, donner délégation de signature au Secrétaire général pour toute autre matière relative à la gestion quotidienne du ministère.

Article 31 :    Pour tous les actes susvisés aux articles 29 et 30, la signature du secrétaire général est toujours précédée de la mention « Pour le Ministre et par délégation, le Secrétaire général».


Paragraphe 2 : Les attributions du Secrétaire général adjoint

Article 32 :    Le Secrétaire général adjoint assiste le Secrétaire général dans la gestion administrative et technique du département ministériel.
Il est immédiatement placé après celui-ci dans la hiérarchie administrative.
Le Secrétaire général adjoint bénéficie des mêmes indemnités que les chargés de mission du premier ministère.

Article 33 :    Le Ministre, Chef de département peut, par arrêté, donner délégation de signature au Secrétaire général adjoint pour toute autre matière relative à la gestion quotidienne du ministère.

Article 34 :    La signature du Secrétaire général adjoint est toujours précédée de la mention « Pour le Ministre et par délégation, le Secrétaire général adjoint».

Article 35 :    Le Secrétariat particulier du Secrétaire général adjoint assure la gestion du courrier du Secrétaire général adjoint.

Il est dirigé par un(e) secrétaire particulier(e) nommé(e) par arrêté du Ministre.


Paragraphe 3 : Les attributions des services du Secrétaire général

Article 36 :    Le Bureau d’études est animé par des chargés d’études au nombre de cinq (05) au plus, désignés parmi les cadres supérieurs, en raison de leur compétence technique et nommés par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre.

Le Bureau d’études est chargé :
-    d’étudier et de faire la synthèse des dossiers qui lui sont confiés ;
-    d’élaborer les projets de correspondance ;
-    d’assister le Secrétaire général et le Secrétaire général adjoint dans le traitement de tout dossier que ceux-ci lui confient.

Les chargés d’études bénéficient des mêmes indemnités accordées aux directeurs de service.

Article 37 :    Le Secrétariat particulier du Secrétaire général assure la réception et l’expédition du courrier confidentiel du Secrétaire général, la gestion du courrier ordinaire provenant du service central du courrier, des structures centrales, des structures déconcentrées, des structures rattachées et des structures de mission et en direction desdites structures.

Il assure la ventilation du courrier interne à destination des structures centrales. Il est dirigé par un(e) secrétaire particulier(e) nommé(e) par arrêté du Ministre.

Article 38 :    Le service central du courrier assure la réception et l’expédition du courrier ordinaire. Il enregistre le courrier à l’arrivée et le transmet au secrétariat particulier du Secrétaire général. Il assure la ventilation de tout courrier ordinaire à l’extérieur du Ministère. Il est chargé de la reproduction des documents du ministère et de leur reliure.

Article 39 :    Le service des questions environnementales est chargé :
-    d’assurer le plaidoyer pour l’intégration de la dimension environnementale dans les politiques, programmes et projets ;
-    de participer à la vulgarisation des outils juridiques et techniques de l’évaluation environnementale ;
-    de participer avec le Ministre en charge de l’environnement et les agences d’exécution des projets, au suivi de la mise en œuvre des plans de gestion environnementale et sociale ;
-    de participer à l’éducation environnementale et à toute activité relevant du domaine de l’environnement.

Article 40 :    Le service chargé de l’accueil et de l’information des usagers assure un accueil et une orientation des usagers et partenaires du ministère.

Paragraphe 4 : Les attributions des structures centrales

Article 41 :    La Direction générale de l’Education formelle (DGEF) a pour mission la mise en œuvre de la politique nationale en matière d’enseignement général.
A ce titre, elle est chargée :
-    de planifier et mettre en œuvre les politiques et les priorités nationales en matière d’enseignement général ;
-    de développer l’accès à l’éducation préscolaire et aux enseignements primaire, post-primaire et secondaire général publics ;
-    d’assurer le suivi de l’application de la règlementation dans les structures de l’enseignement général public ;
-    de contribuer à la mise en place des classes préparatoires post baccalauréat en collaboration avec le ministère en charge de l’enseignement supérieur ;
-    d’assurer l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans les structures de l’enseignement général public ;
-    d’assurer le suivi administratif et le fonctionnement des structures de l’enseignement général ;
-    d’assurer la bonne exécution des programmes et méthodes pédagogiques dans les structures de l’enseignement général public ;
-    de promouvoir les expériences concluantes en matière d’innovations pédagogiques ;
-    de généraliser et de suivre les comités de gestion des écoles ;
-    de développer des stratégies favorisant l’accès, le maintien et la réussite des filles dans le système éducatif ;
-    d’identifier, mener et/ou promouvoir toute action susceptible de contribuer à l’analyse de la problématique de la scolarisation des filles ;
-    de proposer et mettre en œuvre une politique et des stratégies de développement de l’éducation inclusive.


 
Article 42 :    La Direction générale de l’Education formelle (DGEF) comprend :
-    la Direction du Développement de l’Education préscolaire et de l’Enseignement primaire (DDEPEP) ;
-    la Direction du Développement des Enseignement post primaire et secondaire général (DDEPPSG) ;
-    la Direction de la Promotion de l’Education inclusive, de l’Education des Filles et du Genre (DPEIFG).

Article 43 :    La Direction générale de l’Enseignement et la Formation techniques et professionnels (DGEFTP) a pour missions d’assurer la mise en œuvre de la politique et des programmes de développement de l’enseignement et la formation techniques et professionnels.

A ce titre, elle est chargée :
-    de planifier et mettre en œuvre la politique et les priorités en matière d’enseignement et de formation techniques et professionnels ;
-    de promouvoir les initiatives visant la préparation et l’accompagnement à l’insertion professionnelle des formés de l’enseignement et la formation techniques et professionnels ;
-    de contribuer à la mise en œuvre de la politique nationale d’enseignement et de formation techniques et professionnels et de ses outils techniques en matière de formation professionnelle ;
-    de développer l’accès à l’enseignement et la formation techniques et professionnels ;
-    de planifier la création des établissements d’enseignement et de formation techniques et professionnels ;
-    d’instruire les dossiers d’ouverture des établissements d’enseignement et de formation techniques et professionnels, publics et privés ;
-    de contribuer à la mise en place des classes préparatoires post baccalauréat en collaboration avec le ministère en charge de l’enseignement supérieur ;
-    de promouvoir les initiatives visant l’instauration de passerelles entre les enseignements formel, non formel, général et technique professionnel ;
-    de veiller à la diversification des filières techniques et professionnelles ;
-    d’assurer le suivi des établissements d’enseignement et de formation post primaires et secondaires techniques et professionnels, publics et privés ;
-    d’assurer le suivi de l’application de la règlementation sur l’enseignement et la formation techniques et professionnels ;
-    de promouvoir la formation par alternance en milieu scolaire ;
-    de contrôler l’application des normes en matière d’enseignement et de formation techniques et professionnels ;
-    d’assurer les secrétariats des commissions des instances siégeant en matière d’enseignement et de formation techniques et professionnels privés.

En relation avec la direction générale de la recherche en éducation et de l’innovation pédagogique, la direction générale de l’enseignement et la formation techniques et professionnels propose toutes actions visant à favoriser l’adéquation entre l’enseignement et la formation techniques et professionnels et l’emploi, d’une part, le développement des structures d’accueil et le renforcement de la qualité de l’enseignement et la formation techniques et professionnels, d’autre part.

Article 44 :    La Direction générale de l’Enseignement et la Formation techniques et professionnels (DGEFTP) comprend :
-    la Direction de l’Enseignement et la Formation techniques et professionnels initiaux (DEFTPI) ;
-    la Direction de la Formation continue et de l’Insertion (DFCI) ;
-    la Direction de la Prospective et des Programmes de Formation (DPPF) ;
-    la Direction de la Promotion de l’Enseignement et la Formation techniques et professionnels privés (DPEFTPP).

Article 45 :    La Direction générale de la Recherche en Education et de l’Innovation pédagogique(DGREIP) a pour mission le développement qualitatif du système éducatif à travers la prise en charge institutionnelle des manuels scolaires, des curricula, de la recherche-action et du suivi des innovations pédagogiques, andragogiques et de formation.

A ce titre, elle est chargée :
-    de promouvoir et développer la recherche-action en Education formelle et non formelle;
-    développer des initiatives visant l’instauration de passerelles entre les enseignements formel, non formel, général et technique et professionnel ;
-    d’élaborer les curricula de l’éducation ;
-    de proposer des stratégies et des actions en vue d’améliorer la qualité et la pertinence des curricula de l’éducation formelle et non formelle ;
-    de renforcer les capacités éducatives des acteurs pour leur appropriation des innovations en expérimentation ;
-    de valider, de suivre et de contrôler les initiatives et innovations pédagogiques ;
-    de coordonner les initiatives et innovations éducatives des promoteurs privés ;
-    de participer à l’organisation des examens et concours scolaires et professionnels ;
-    de concevoir les outils d’évaluation des apprentissages ;
-    de développer des stratégies de recherche-action en faveur de la promotion du bilinguisme et du multilinguisme ;
-    d’élaborer et mettre à jour le contenu des manuels scolaires de l’éducation ;
-    d’intégrer dans les programmes d’enseignement l’éducation en matière de population, l’éducation environnementale, la promotion des arts et des langues nationales, l’éducation à la citoyenneté.

Article 46 :    La Direction générale de la Recherche en Education et de l’Innovation pédagogique (DGREIP) comprend :
-    la Direction de la Recherche en Education formelle (DREF) ;
-    la Direction de la Recherche en Education non formelle (DRENF) ;
-    la Direction de la Production des Moyens didactiques et des Technologies (DPMDT) ;
-    la Direction de l’Education en Matière de Population et de Citoyenneté (DEmPC).

Article 47 :    La Direction générale de l’Encadrement pédagogique et de la Formation initiale et continue (DGEPFIC) a pour mission l’encadrement pédagogique, la formation initiale et continue du personnel de l’éducation nationale.

A ce titre, elle est chargée :
-    de planifier et mettre en œuvre la politique en matière d’encadrement et de formation initiale et continue des personnels ;
-    de proposer des stratégies et des actions pour l’amélioration de la qualité de l’éducation formelle et non formelle ;
-    de participer à l’élaboration des curricula applicables dans les écoles de formation initiale des enseignants, des encadreurs pédagogiques de l’éducation nationale et des personnels d’administration et de gestion ;
-    de contrôler l’application des programmes et méthodes pédagogiques dans les centres d’éveil et d’éducation préscolaire, dans les écoles primaires et dans les établissements d’enseignement post primaire et secondaire ;
-    d’assurer le suivi des activités pédagogiques des écoles de formation des personnels de l’éducation nationale sous tutelle du département ;
-    de superviser l’évaluation des enseignements, des formations, des apprentissages et des curricula de l’éducation ;
-    de participer à l’organisation des examens et concours scolaires et professionnels ;
-    de servir d’interface entre le département et les écoles de formation des personnels de l’éducation nationale hors tutelle ;
-    de suivre la formation initiale des personnels d’enseignement des écoles de formation des personnels de l’éducation nationale sous tutelle du département ;
-    d’assurer le suivi et le contrôle pédagogique de la formation initiale des personnels d’enseignement organisée par les promoteurs privés ;
-    d’assurer la coordination et le suivi de la formation continue des personnels d’enseignement et d’encadrement ;
-    d’assurer la formation des formateurs des écoles de formation des personnels de l’éducation nationale sous tutelle du département ;
-    de contribuer à l’amélioration de la qualité des programmes des écoles en charge de la formation initiale des personnels ;
-    de contribuer au renforcement des capacités des personnels de l’éducation en collaboration avec la Direction des Ressources humaines.

Article 48 :    La Direction générale de l’Encadrement pédagogique et de la Formation initiale et continue (DGEPFIC) comprend :
-    la Direction de l’Encadrement pédagogique des Personnels enseignants (DEPPE) ;
-    la Direction de la Formation initiale des Personnels enseignants (DFIPE) ;
-    la Direction de la Formation continue des Personnels de l’Education (DFCPE).

Article 49 :    La Direction générale des Examens et Concours (DGEC) a pour missions l’organisation, la coordination et la supervision des activités relatives aux examens et concours professionnels, aux évaluations et à la certification des acquis des élèves et apprenants de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

A ce titre, elle est chargée :
-    de planifier et mettre en œuvre la politique et les orientations du département en matière d’évaluation et de certification des apprentissages ;
-    de concevoir les outils d’évaluation des apprentissages ;
-    d’organiser les examens et concours de l’éducation nationale et de l’alphabétisation ;
-    d’organiser les examens et concours professionnels des personnels de l’éducation nationale et de l’alphabétisation en collaboration avec le ministère chargé de la Fonction publique ;
-    de tenir à jour les registres et procès-verbaux des examens et concours de l’éducation nationale et de l’alphabétisation ;
-    de délivrer et de contrôler les attestations et diplômes et les actes de même nature ;
-    d’évaluer la mise en œuvre des orientations et proposer des stratégies d’ajustement.

Article 50 :    La Direction générale des Examens et Concours (DGEC) comprend :
-    la Direction des Examens et Concours de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle (DECEPPNF) ;
-    la Direction des Examens et Concours des enseignements post primaire et secondaire (DECEPS) ;
-    la Direction des Examens et Concours professionnels (DECP).

Article 51 :    La Direction de l’Alphabétisation et de l’Education non formelle (DAENF) a pour mission la mise en œuvre de la politique nationale en matière d’alphabétisation et d’éducation non formelle.

A ce titre, elle est chargée :
-    de planifier et mettre en œuvre la politique nationale en matière d’alphabétisation et d’éducation non formelle ;
-    de développer l’offre d’alphabétisation et d’éducation non formelle ;
-    d’améliorer la qualité, la pertinence et l’efficacité des actions d’alphabétisation-formation pour le développement ;
-    de coordonner les actions dans le secteur de l’éducation non formelle conformément aux objectifs et stratégies définis dans les plans et programmes du ministère ;
-    de promouvoir la post-alphabétisation ;
-    d’assurer la vulgarisation des acquis de la recherche en éducation non formelle ;
-    de consolider et rendre efficace la stratégie du faire-faire ;
-    de promouvoir les formations préprofessionnelles non formelles.

Article 52 :    La Direction des Sports, de la Culture et des Loisirs de l’Education (DSCLE) a pour mission le développement des sports et loisirs et la promotion de la culture dans les structures éducatives.

A ce titre, elle est chargée:
-    de soutenir l’organisation du sport et des loisirs dans les structures éducatives ;
-    de promouvoir la pratique sportive et les loisirs en milieu scolaire et dans les services centraux et déconcentrés du ministère ;
-    de programmer et superviser les compétitions interscolaires en collaboration avec les structures habilitées ;
-    de contribuer à la sauvegarde de l’identité culturelle et au développement de la culture nationale à travers des actions éducatives ;
-    d’assurer le suivi et la promotion des athlètes et artistes dans les établissements scolaires.

Article 53 :    La Direction de l’Information, de l’Orientation scolaire, professionnelle et des Bourses (DIOSPB) a pour mission l’application de la politique nationale en matière d’études, de stage, de bourses et d’aides aux élèves et aux apprenants.

A ce titre, elle est chargée :
-    de concevoir, d’adapter et de vulgariser les outils d’aide à l’orientation ;
-    d’informer et d’orienter les élèves et les apprenants en collaboration avec les structures chargées de l’emploi ;
-    d’instruire les dossiers de demande de bourses ou d’aides.

Article 54 :    La Direction de l’Allocation des Moyens spécifiques aux Structures éducatives (DAMSSE) a pour missions la coordination et l’animation de la gestion des moyens spécifiques alloués aux structures éducatives.

A ce titre, elle est chargée :
-    de planifier et suivre la mise en œuvre des activités de santé, hygiène et nutrition dans les structures éducatives en collaboration avec les structures déconcentrées ;
-    de coordonner la mise en œuvre des activités d’éducation en situation d’urgence ;
-    de proposer des orientations pour l’amélioration de la santé, hygiène et nutrition dans les structures éducatives et contrôler leur application ;
-    d’effectuer l’approvisionnement des structures déconcentrées en matériels didactiques, fournitures scolaires, vivres et mobiliers scolaires ;
-    d’assurer le suivi de l’utilisation des matériels didactiques, fournitures scolaires, vivres et mobiliers scolaires en collaboration avec les structures déconcentrées ;
-    d’organiser la maintenance des matériels didactiques et mobiliers scolaires ;
-    de promouvoir les cantines endogènes dans les écoles primaires en collaboration avec les structures déconcentrées et de concert avec les communautés locales.

Article 55 :    La Direction de l’Enseignement général privé (DEGP) a pour missions le suivi de l’expansion de l’offre de l’enseignement général privé et le contrôle de la qualité des programmes enseignés dans les structures éducatives privées, laïques et confessionnelles.

    A ce titre, elle est chargée :
-    de concevoir la réglementation nationale régissant les rapports entre l’Etat et les structures privées d’éducation, d’enseignement et de formation techniques et professionnels sous tutelle du département ;
-    d’instruire les dossiers d’ouverture des établissements d’enseignement général privés ;
-    de contrôler les activités des écoles et établissements d’enseignement privé sous tutelle du département;
-    de renforcer les capacités des acteurs du secteur en collaboration avec les promoteurs privés ;
-    de veiller au respect de la règlementation en vigueur et du cahier des charges par les promoteurs privés ;
-    d’assurer les secrétariats des commissions siégeant en matière d’éducation formelle générale privée.

Article 56 :    La direction des Affaires juridiques et du contentieux (DAJC) est chargée :
-    de vérifier  la conformité des textes du ministère avec la réglementation et la  législation en vigueur ;
-    de contrôler la cohérence interne desdits textes ;
-    de traiter des questions contentieuses  avec les partenaires ;
-    d’assurer l’appui-conseil  aux agents du ministère dans le domaine juridique ;
-    d’assurer l’appui à l’élaboration des conventions et des contrats liant le ministère à ses partenaires et aux institutions nationales et internationales ;
-    d’assurer l’appui à l’élaboration des projets de textes législatifs et réglementaires du ministère.

Article 57 :    La Direction générale des Etudes et des Statistiques sectorielles (DGESS) a pour missions la conception, la programmation, la coordination, le suivi et l'évaluation des actions de développement au niveau sectoriel.

A ce titre, elle est chargée :
-    d’élaborer et suivre la mise en œuvre des politiques sectorielles ;
-    d’organiser les revues sectorielles (mi-parcours et annuelles) de mise en œuvre des politiques sectorielles ;
-    d’élaborer le programme d’activité consolidé du ministère assorti de projets de lettres de missions pour les structures du ministère ;
-    d’élaborer les rapports d’activités consolidés (mi-parcours et annuels) du ministère ;
-    d’animer les cadres de concertation sectorielles notamment les CASEM, les CSD et suivre la mise en œuvre des recommandations qui en sont issues ;
-    de suivre les relations de coopération avec les partenaires ;
-    de mobiliser les financements au profit du ministère par l’appui à l’organisation des tables rondes sectorielles ;
-    d’élaborer le programme d’investissement et suivre son exécution en collaboration avec la direction de l’administration des finances (DAF) ;
-    de suivre et évaluer les projets et programmes sous tutelle du ministère et élaborer des rapports sectoriels de leur mise en œuvre ;
-    d’identifier et suivre les actions des intervenants extérieurs (autres projets et programmes intervenant au ministère, ONG, OSC, secteur privé et collectivités territoriales) par des rapports périodiques en termes de contribution à la mise en œuvre des politiques sectorielles ;
-    de programmer la réalisation des infrastructures éducatives et en assurer le suivi physique ;
-    d’instruire les dossiers d’ouverture des établissements d’enseignement général public ;
-    de collecter, traiter, centraliser et diffuser les données statistiques de l’Education nationale ;
-    d’assurer les études sur  l’évaluation des acquis scolaires ;
-    d’élaborer les documents de planification opérationnelle du Ministère notamment le cadre de dépenses à moyen terme de l’éducation nationale, les plans d’action pluriannuels et annuels de la mise en œuvre des politiques éducatives ;
-    de proposer toute étude nécessaire à la dynamique du ministère.

Article 58 :    La Direction générale des Etudes et des Statistiques sectorielles (DGESS) comprend :
-    la Direction de la Prospective et de la Planification opérationnelle (DPPO) ;
-    la Direction de la Formulation des Politiques (DFP) ;
-    la Direction du Suivi, de l’Evaluation et de la Capitalisation (DSEC) ;
-    la Direction des Statistiques sectorielles (DSS) ;
-    la Direction de la Coordination des Projets et Programmes (DCPP).

Article 59 :    La Direction de l’Administration des Finances (DAF) a pour mission la gestion des moyens financiers et matériels du ministère.

A ce titre, elle est chargée :
-    d’élaborer et d’exécuter le budget du département ;
-    d’assurer la gestion et l’entretien périodique des biens meubles et immeubles et de tenir la comptabilité matière du département ;
-    d’assurer la sécurité des personnes et des biens ;
-    de conduire le processus de mise en place du budget-programme du ministère en collaboration avec la DGESS ;
-    de produire les rapports périodiques sur l’exécution du budget du ministère ;
-    d’assurer le suivi financier de la réalisation des infrastructures éducatives.

Article 60 :    La Direction des Marchés publics (DMP) a pour mission de gérer le processus de la commande publique du département.

A ce titre, elle est chargée:
-    d’élaborer le plan général annuel de passation des marchés publics du ministère et de produire les rapports périodiques de son exécution ;
-    d’élaborer l’avis général de passation des marchés dont le montant prévisionnel toutes taxes comprises est supérieur ou égal au seuil communautaire de publicité défini par la commission de l’UEMOA ;
-    d’assurer la mise en œuvre des procédures de passation des marchés publics et des délégations de services publics.

Article 61 :     La Direction des Ressources humaines (DRH) a pour mission d’assurer, en relation avec le ministère chargé de la fonction publique, la conception, la formalisation, la mise en œuvre et l’évaluation des mesures visant à accroitre la production, l’efficacité et le rendement des personnels du ministère.

A ce titre, elle est chargée:
-    de planifier et mettre en œuvre une politique de gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences du ministère ;
-    d’élaborer et de mettre en œuvre la politique sociale et coordonner les initiatives en la matière ;
-    de concevoir et mettre en œuvre les plans et programmes de formation des agents du département ;
-    de veiller à l’application du régime juridique applicable aux emplois et aux agents de la Fonction publique ;
-    d’assurer une gestion prévisionnelle et rationnelle des ressources humaines du ministère et de participer au recrutement de son personnel ;
-    de contribuer au bon fonctionnement des cadres de concertation avec les partenaires sociaux ;
-    de contribuer à l’élaboration du volet dépenses de personnel du budget du ministère et de suivre son exécution ;
-    de proposer l’engagement et la liquidation des dépenses de personnel conformément aux dispositions législatives et règlementaires ;
-    d’améliorer les conditions de travail et de la productivité du personnel du ministère ;
-    d’assurer le suivi administratif des stagiaires des écoles de formation professionnelles ;
-    d’apporter un appui conseil en gestion des ressources humaines aux structures du ministère.

Article 62 :    La Direction du Développement institutionnel et de l’Innovation (DDII) est chargée :
-    de promouvoir la culture du résultat au sein du département ministériel ;
-    de concevoir et mettre en œuvre des outils d’organisation du travail pour l’amélioration du management et des prestations du département en rapport avec les normes et standards internationaux ;
-    d’assurer la rationalisation des structures par une veille organisationnelle et institutionnelle ;
-    d’assurer le pilotage du processus de la gestion du changement dans le cadre des réformes institutionnelles et organisationnelles ;
-    d’établir une cartographie des processus et définir les procédures correspondantes ;
-    de participer à l’élaboration et vérifier la régularité des actes juridiques pris au sein du ministère
-    de procéder à l’évaluation des performances des structures administratives.

Article 63 :    La Direction de la Communication et de la Presse ministérielle (DCPM) coordonne et gère les activités de communication internes et externes du ministère.

A ce titre, elle est chargée :
-    d’élaborer des plans de communication pour la mise en œuvre des politiques et stratégies développées au sein du département ;
-    d’assurer les revues de presse et les synthèses de l’actualité à l’attention du Ministre ;
-    de réaliser des dossiers de presse de l’actualité ;
-    de gérer les relations publiques du ministère avec les institutions ;
-    de publier et gérer les périodiques du département ;
-    d’assurer les relations avec les organes de presse nationaux et les correspondants de la presse étrangère ;
-    de mettre à jour la documentation et les statistiques de presse ayant un rapport avec les activités du ministère ;
-    d’assurer la mise à jour du site web du ministère en collaboration avec la direction des services informatiques ;
-    d’assurer la vulgarisation de la politique sectorielle du ministère ;
-    de contribuer à la production des chroniques du gouvernement et à l’animation des points de presse du gouvernement en collaboration avec le service d’information du gouvernement.

Article 64 :    La Direction des Archives et de la Documentation (DAD) a pour mission le traitement, la gestion et la conservation de la mémoire documentaire du ministère.

A ce titre, elle est chargée:
-    d’appliquer la politique d’archivage et de documentation du ministère en relation avec le centre national des archives ;
-    de constituer, sauvegarder et gérer le patrimoine archivistique et documentaire du ministère ;
-    de concevoir et mettre en œuvre des outils de gestion d’archives en fonction de la règlementation en vigueur et de l’organisation du département ministériel ;
-    d’optimiser les conditions de stockage et de conservation des documents et les espaces en conséquence, de manière prospective ;
-    de veiller au respect des conditions de communication des documents avec pour objectif général de permettre l’accès rapide aux documents ;
-    d’opérer le tri et gérer les versements aux administrations des archives, en tenant compte des contraintes légales et des durées d’utilité administrative ;
-    de repérer l’information professionnelle utile à son unité et réaliser les résumés signalétiques ;
-    d’assurer le catalogage et l’indexation des documents courants avec le langage archivistique approprié ;
-    de rechercher et sélectionner l’information et les prestations documentaires appropriées aux besoins d’informations des utilisateurs ;
-    de former et accompagner les utilisateurs dans leurs démarches de recherche d’informations.

Article 65 :    La Direction des Services informatiques (DSI) est chargée :
-    d’assurer l’élaboration et la mise en œuvre du schéma directeur informatique du ministère ;
-    d’exécuter les tâches d’informatisation du ministère ;
-    d’assurer l’administration des bases de données du ministère ;
-    d’assurer la cohérence des systèmes d’information développés conformément au schéma directeur informatique du ministère ;
-    d’exploiter les applications fonctionnelles ;
-    d’assurer la sécurité du système informatique ;
-    d’assurer la maintenance du matériel informatique ;
-    d’assurer les actions de formation du personnel et de développement dans le domaine informatique ;
-    de mettre à la disposition des services du ministère des modules permettant d’élaborer des statistiques fiables ;
-    d’assurer le développement des technologies de l’information et de la communication au sein du ministère.


Paragraphe 5 : Les attributions des structures déconcentrées

Article 66 :        Les Directions régionales de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (DRENA) ont pour  missions la mise en œuvre et la coordination de la politique d’éducation formelle et non formelle au niveau régional.

A ce titre, elles sont chargées :
-    de mettre en œuvre la stratégie de développement de l’éducation nationale et de l’alphabétisation en ses différents niveaux dans la région ;
-    de mobiliser l’ensemble des acteurs au niveau régional intervenant dans l’éducation pour une synergie d’actions ;
-    de suivre, coordonner et contrôler les activités des directions provinciales de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.


Article 67 :        Les Directions provinciales de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (DPENA) ont pour mission la mise en œuvre et la coordination de la politique d’éducation formelle et non formelle au niveau provincial.

A ce titre, elles sont chargées :
-    de mettre en œuvre la stratégie de développement de l’éducation nationale et de l’alphabétisation en ses différents niveaux dans la province ;
-    de mobiliser l’ensemble des acteurs au niveau provincial intervenant dans l’éducation formelle et non formelle pour une synergie d’actions ;
-    de suivre, coordonner et contrôler les activités des directions départementales de l’éducation nationale et de l’alphabétisation ;
-    d’assister les communes dans l’exercice de leurs compétences en matière d’éducation formelle et non formelle.

 

Paragraphe 6 : Les attributions des structures rattachées

Article 68 :    Les attributions, l’organisation et le fonctionnement des Ecoles nationales des Enseignants du Primaire (ENEP), qui sont des établissements publics de l’Etat (EPE), sont définis par arrêté du Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.

L’ENEP est placée sous la responsabilité d’un Directeur général nommé par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.

Article 69 :    Les attributions, l’organisation et le fonctionnement du Centre national des Manuels et Fournitures scolaires (CENAMAFS) sont définis par arrêté du Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.

Le Centre national des Manuels et Fournitures scolaires (CENAMAFS) est un EPE placé sous la responsabilité d’un Directeur général nommé par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.
    

Paragraphe 7 : Les attributions des structures de mission

Article 70 :    L’organisation et le fonctionnement de la Commission nationale des Bourses scolaires (CNBS), de la Commission nationale des Programmes scolaires (CNPS), de la Commission de l’Enseignement privé (CPEP), de la Commission d’Attribution des Autorisations de diriger, d’enseigner et de surveiller (CAADES), du Comité ministériel de lutte contre le VIH/SIDA (CMLS) sont précisés par  arrêtés du Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.

Article 71 :    La composition, l’organisation et le fonctionnement du Conseil national
pour la Prévention de la Violence à l’Ecole sont définis par décret pris en Conseil des ministres, sur proposition du Ministre l’Education nationale et de l’Alphabétisation.

 

CHAPITRE IV : DISPOSITIONS DIVERSES ET FINALES

Article 72 :    Le Secrétaire général, le Secrétaire général adjoint, les Directeurs des structures centrales, les Directeurs techniques, les Directeurs des structures déconcentrées, les Directeurs des structures rattachées et les Directeurs des structures de mission, à l’exception des responsables des cellules, commissions et comités, sont nommés par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre, chef de département.

Article 73 :    Les attributions, l’organisation et le fonctionnement des structures centrales et déconcentrées sont précisés par arrêté du Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.

Article 74 :    Le présent décret abroge toutes dispositions antérieures contraires, notamment le décret n° 2015-637/PRES/PM/MENA du 18 mai 2015, portant organisation du Ministère de Education nationale et de l’Alphabétisation et le décret n° 2013-1066/PRES/PM/ MESS du 20 novembre 2013 portant organisation du Ministère des Enseignements secondaire et supérieur.

Article 75 :    Le Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation est chargé de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal Officiel du Faso.

 organigramme signatures