Enseignement et formation techniques et professionnels : Vers un BEP agriculture et une spécialité informatique

Le mardi 22 août s’est ouvert à Ziniaré, un atelier de finalisation du programme complémentaire du BEP agriculture de Farakô-bâ et l’ouverture d’une spécialité informatique au Lycée provincial de Yako. La cérémonie d’ouverture a été présidée par madame la Directrice Générale de l’enseignement et la formation techniques et professionnels, madame Zourata Yaméogo.

 

Le présent projet repose sur une expérience néerlandaise à succès qu’une mission de techniciens de la Direction générale de l’enseignement et la formation technique et professionnelle (DGEFTP) est  allée partager. Objectif, finaliser les contenus et examiner les modalités pratiques de mise en œuvre de la formation.

Dès lors, deux missions du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA) ont été diligentées au Centre agricole polyvalent de Matourkou (CAP/M) et à l’Institut national de la recherche en agriculture (INERA) en vue de prospecter la possibilité de mutualisation des ressources pour l’expérimentation de l’insertion d’un programme du BEP agriculture dans le cursus du Baccalauréat série D pour l’année scolaire 2017 - 2018.  Un atelier  d’élaboration du programme complémentaire du BEP agriculture avait ensuite permis de jeter les bases du projet.

C’est dans la perspective de sa mise en œuvre effective  au CAP/M, que les techniciens se sont retrouvés à Ziniaré pour finaliser les contenus et examiner les modalités de la formation. En outre, les participants devront examiner la faisabilité de l’ouverture d’une section informatique au Lycée provincial de Yako. L’établissement entretient déjà un partenariat avec un établissement de Metz en France qui en plus d’avoir doté le lycée d’équipements de base à même de faciliter la réalisation d’un tel programme, est disposé à appuyer le projet. Un projet de stratégie de mise en œuvre de ces deux projets ainsi que des recommandations techniques sont également prévus.

Les conclusions de l’atelier dont les enjeux rappelés par madame Zourata Yaméogo, est d’accroître les proportions des effectifs d’élèves de l’EFTP au post-primaire et au secondaire de sorte à les porter à 16% d’ici à 2020. L’urgence commande que des dispositions nécessaires soient prises avant même la rentrée scolaire  prochaine pour la mise en œuvre de cette politique.

DCPM/MENA