La direction de l’information, de l’orientation scolaire professionnelle et des bourses (DIOSPB) dans sa mission d’information et d’orientation a tenu du 11 au 14 septembre 2018 à Ziniaré, un atelier de finalisation et de validation des documents sur l’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP) et des manuels de conseiller. Cet atelier présidé par madame Zongo/Ouédraogo Fatimata, chargée d’études au secrétariat général du MENA, avait pour objectif de répertorier toutes les informations en lien avec les filières techniques et professionnelles qui existent dans nos universités publiques et privées afin de mieux orienter les élèves et étudiants en EFTP.
Le système éducatif burkinabè a un caractère généraliste, peu professionnalisant et ne répond pas aux besoins du marché de l’emploi. A l’effet de renverser les tendances, le gouvernement a pris un engagement de passer de 3,4% à 16% en EFTP à l’horizon 2020. Cet engagement selon madame Zongo, contribuera à la lutte contre le chômage par une formation professionnelle orientée vers les besoins du marché de l’emploi. Selon les conseillers d’orientation scolaire et professionnelle, l’EFTP permet à l’apprenant, dès à sa sortie de formation de « savoir faire quelque chose de ses dix doigts ». les élèves doivent à présent comprendre qu’il ne suffit plus seulement d’aller à l’école pour trouver un travail à la fin des études, mais qu’il faut s’orienter vers des voies éducatives qui leur assurent les bagages professionnels pour intégrer le monde du travail, a déclaré madame Ilboudo Aissata. Le meilleur moyen pour le Burkina de contrer l’avancée rapide du chômage et de baisser considérablement la tension sociale au sein de la jeunesse doit impérativement passer par une formation professionnalisante.
Pour être au rendez-vous de 2020, l’Etat accorde des bourses d’études et de stage aux élèves souhaitant s’orienter en EFTP.
DCPM/MENA