IMG 4129Le projet Edu Trac sur la collecte et le traitement des données de l’éducation sur une plateforme dénommée « EDUTRAC » par le biais de SMS, arrive au terme de sa phase pilote. Porté par le MENA en partenariat avec l’UNICEF, le projet a dans cette première phase, atteint le stade de l’accessibilité de la plateforme et la formation des acteurs de sa mise œuvre dans la région du Sahel et la province du Namentenga.
Après des tests concluants de collecte et de traitement des données de 144 écoles du Soum et de l’Oudalan, la plateforme « EDUTRAC » est disponible et accessible à l’adresse http://test.edu-trac.org. Elle est configurée avec une quarantaine de thèmes sur les données éducatives à renseigner par les Directeurs d’écoles et les représentants des structures de parents d’élèves (APE/AME/COGES). Entre autres indicateurs demandés, les effectifs, les manuels scolaires, les infrastructures, les équipements, la santé, la cantine scolaire, l’éducation inclusive ou le reboisement au sein de ces structures éducatives.
Un partenariat avec les 3 principaux opérateurs de téléphonie mobile au Burkina, permet aux animateurs d’échanger les données par SMS sans frais au 3405. La phase pilote prend fin cette semaine avec la formation des animateurs du Séno après ceux du Yagha, du Namentenga et du Soum. Au cours de ce mois de septembre, ce sont plus de 1 500 acteurs du Sahel dont un Directeur d’école et un parent d’élève par école qui seront formés.
C’est à l’issue de cette dernière étape à Dori, que sera lancée la phase d’expérimentation dans les écoles dont les acteurs ont été formés à l’animation de la plateforme. Outre les difficultés liées à la mobilité du personnel enseignant dans le Sahel qui ne permet pas de stabiliser les acteurs, la phase pilote s’est bien déroulée et d’ores et déjà ils se sont engagés à fournir des données fiables pour rendre opérationnelle la plateforme.
DCPM/MENA.