PDSEB

PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT STRATEGIQUE DE L'EDUCATION DE BASE

1. Contexte et justification

Le Plan Décennal de Développement de l'Education de Base(PDDEB) a pris fin en 2010. Afin d'éviter une rupture dans la gestion stratégique du secteur de l'éducation, le gouvernement du Burkina Faso a engagé l'élaboration d'un nouveau programme intitulé Programme de Développement Stratégique de l'Education de Base(PDSEB).

L'élaboration de ce nouveau programme se justifie par rapport aux efforts qui restent à faire ainsi qu'aux stratégies à développer pour l'atteinte des objectifs de la SCADD, de l'EPT et des OMDS en matière d'éducation dans les délais prescrits en ce sens que la mise en oeuvre du PDDEB n'est pas arrivée à résoudre tous les problèmes de disparités régionales et de genre dans l?'accès et la participation à l?éducation. Aussi, l'élaboration du PDSEB serait-elle l'occasion d'une part de consolider les acquis et d?'autre part de faire face aux défis majeurs qui se posent au système éducatif formel et non formel aussi bien du point de vue i) de laccès, ii) de la qualité, iii) de la gestion et du pilotage.

2. Vision et principes directeurs

La mise en oeuvre du PDSEB, à termes vise à permettre au système éducatif burkinabé de « former un citoyen responsable, créatif, producteur, ayant le sens des valeurs universelles et doté de compétences nécessaires pour soutenir le développement économique et social du pays ».

Le PDSEB se fonde sur les principes suivants :

1. L'obligation scolaire pour tous les enfants de 6 à 16 ans ;

2. Le caractère gratuit de l'enseignement de base public ;

3. L'effectivité des cycles terminaux et des passerelles ;

4. La vision holistique, intégrée et multi sectorielle du système éducatif ;

5. L'affirmation du principe de déconcentration/décentralisation du système éducatif.

3. Objectifs globaux et sous sectoriels

L'objectif global visé par le PDSEB est de mettre en place les conditions d?un développement harmonieux et durable du secteur éducatif du Burkina Faso. Il s'agit de disposer d'un cadre de référence servant de creuset aux actions de toutes les parties prenantes (acteurs nationaux et des partenaires internationaux) dans la réalisation des objectifs de développement sectoriel.

Sur le plan sous sectoriel, les objectifs visés consistent à :

- Accroitre l'offre d'éducation(A terme, atteindre en 2020, 13,5% de taux de préscolarisation, la scolarisation universelle (100% de taux d'achèvement) avec des objectifs intermédiaires de 100% de taux d'accès au primaire et un taux d'achèvement de 75% dès 2015. En matière d'alphabétisation, faire passer le taux d'analphabètes de 70% en 2009 à 25% en 2020).

- Améliorer la qualité et la pertinence des services éducatifs à travers une réduction du ratio élèves/maître, un relèvement significatif du volume horaire effectif d'enseignement, une révision des curricula, un renforcement de la formation initiale et continue des enseignants et du personnel d'encadrement, la poursuite de la dotation des élèves et des écoles en manuels scolaires et kits pédagogiques ; une réduction du taux de redoublement et une amélioration de la rétention.

- Améliorer la gestion administrative, fiduciaire et pédagogique du système dans le sens d'optimiser l'utilisation des ressources (humaines, financières et matérielles).

4. Composantes et sous- programmes

Dans la perspective de la réalisation de l'éducation primaire universelle et de l'atteinte des objectifs du Millénaire pour le Développement (OMDS), en lien avec la valorisation du capital humain, l'élaboration du PDSEB repose sur les priorités suivantes : i)le développement de l'éducation de base(enseignement primaire, éducation non formelle) ; ii) la promotion des autres niveaux d'éducation notamment le préscolaire faiblement représenté dans l'environnement éducatif burkinabé, iii) la diversification des actions d'alphabétisation et de post-alphabétisation en langues nationales et en français.

Les sous secteurs de l'éducation formelle et non formelle sont organisés suivant les composantes :

1. La composante accroissement de la demande et de l'offre d'éducation

2. La composante Amélioration de la qualité, de l'efficacité et de la pertinence du système

3. La composante amélioration du pilotage et de la gestion financière du programme

Au total, quarante sept(47) sous programmes ont été développés dont 23 au niveau de l?'éducation formelle et 24 en éducation non formelle.

· Les axes d'interventions

Pour garantir la réalisation des objectifs de l'EPT dans les délais et conditions souhaités, les axes d'interventions suivants seront développés :

Axe 1 : la réforme des programmes et curricula ainsi que la production des matériels didactiques et pédagogiques adaptés

Axe 2 : la formation, le recrutement et le déploiement des enseignants,

Axe 3 : la gestion du redoublement notamment en fin de cycle,

Axe 4 : la gestion du temps d'apprentissage effectif,

Axe 5 : l'utilisation des langues nationales comme moyen d'enseignement,

Axe 6 : la prise en charge de la nutrition et de la santé en milieu scolaire,

Axe 7 : la gestion de la décentralisation du système,

Axe 8 :la gestion des passerelles entre les différents niveaux éducatifs et entre le système formel et le système non formel,

Axe 9 :la gestion des infrastructures scolaires,

Axe 10 : la mobilisation et l'implication des parties prenantes dans le développement du secteur, etc.

Axe 11 : la promotion de l'éducation inclusive à tous les niveaux,

Axe 12 : l?'égalité et l'équité d?accès à tous,

Axe 13 : la prise en charge de la dimension d'urgence dans la planification,

Axe 14 :la mise en place d'un dispositif d'évaluation permanente du système afin de construire un système de recherche-action et recherche développement,

Axe 15 : le renforcement des capacités de mobilisation des ressources financières,

Axe 16 : le renforcement des capacités de gestion et de pilotages des acteurs et des structures en charge de l'éducation.