FONAENF

1. CONTEXTE
Le Fonds National pour L'Alphabétisation et L'Education Non Formelle (FONAENF) a été mis en place suite au Forum sur l'alphabétisation qui s'est tenu en 1999, et dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Décennal de Développement de l'Education de Base (PDDEB).
Pour atteindre l'objectif de 40% d'alphabétisés(es) à l'horizon 2010, le gouvernement du Burkina Faso a décidé d'adopter la stratégie du «faire faire».
Dans cette stratégie, les rôles de l'Etat, des partenaires et de la société civile sont clairement définis.
S'il revient à la société civile de mobiliser les communautés et de se préparer à des actions supplémentaires, il revient à l'Etat et à ses partenaires de mobiliser des ressources additionnelles nécessaires pour atteindre les objectifs du Plan Décennal de Développement de l'Education de Base et de les redistribuer aux acteurs selon des procédures concertées, efficaces, équitables, opérationnelles et transparentes, grâce à un outil spécifique et autonome : le Fonds pour l'Alphabétisation et l'Education Non Formelle (FONAENF).
Le FONAENF est un outil commun à tous (tes) les acteurs/trices de l'alphabétisation et de l'éducation non formelle, né d'une volonté consensuelle des partenaires publics et privés pour atteindre les objectifs de l'éducation pour tous au Burkina Faso.
Le FONAENF est une organisation de type associatif. Il a tenu sa première assemblée générale en mars 2002 dans la province d'Oubritenga (Nongana)et il a été reconnu par le Ministère de l'Administration Territoriale et de la Décentralisation (MATD) en juin 2002. Une convention a été signée entre l'Etat et le FONAENF.
Elle stipule que le Fonds est un instrument de mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière d'alphabétisation et d'éducation non formelle.
Ses objectifs sont les suivants :

  • Recueillir et gérer les contributions de l'Etat et des partenaires publics et privés pour financer l'alphabétisation et l'éducation non formelle ;
  • Encourager l'Etat et les partenaires au développement à renforcer leurs contributions financières en faveur de l'éducation non formelle ;
  • Elargir la base des sources de financement de l'éducation non formelle afin de recueillir de nouvelles ressources financières auprès de nouveaux partenaires ;
  • Renforcer les capacités d'intervention dans le domaine de l'alphabétisation et de l'éducation non formelle en accordant des subventions conformément aux critères arrêtés dans les manuels de procédures ;
  • Adopter de nouvelles formes de financement de l'éducation non formelle qui favorisent les couches sociales défavorisées.

Le FONAENF est composé de membres répartis en quatre groupes :

  • L'Etat et les collectivités locales du Burkina Faso ;
  • Les partenaires techniques et financiers ;
  • Les opérateurs/trices en alphabétisation et en éducation non formelle ;
  • Le secteur privé.

Les organes constitutifs du FONAENF sont les suivants :

  • L'assemblée générale ;
  • Le Conseil d'Administration ;
  • Le Comité des membres d'honneur ;
  • Le Comité National de Financement, représenté dans les régions et provinces par des comités régionaux et provinciaux.

1.1. Membres représentant l'Etat et les collectivités :

  • Le Ministère des Finances et du Budget
  • Le Ministère de l'Enseignement de Base et de l'Alphabétisation
  • La mairie de Ziniaré.

1.2. Membres représentant les partenaires techniques et financiers

  • La Coopération Suisse qui assure la présidence du FONAENF
  • La Coopération Néerlandaise
  • L'UNICEF.

1.3. Membres représentant les opérateurs

  • L'association Tin Tua
  • La Fondation pour le développement communautaire
  • L'association Manegzanga

1.4. Membres représentant le secteur privé

  • La chambre de commerce
  • La BACB

1.5. Observateurs

  • La représentante de la Coopération Canadienne qui assure la présidence du Comité National de financement
  • Le représentant de la Coopération Française qui assure la présidence du comité des membres d'honneur

L'état de mobilisation des fonds dans le cadre budgétaire du FONAENF est le suivant : (en millions de CFA)

 

Coopération canadienne :

200 000 000

Etat Burkinabé :

400 000 000

Coopération néerlandaise :

1 200 000 000

Coopération suisse :

600 000 000

Coopération belge:

800 000 000

Coopération française:

40 000 000

Banque mondiale:

400 000 000

TOTAL

3 . 640. 000 000

 

 Sur ce budget, la mobilisation des fonds pour l'année budgétaire 2003 a été la suivante :

Bailleur de fonds

Contribution attendue CFA (2 ans)

Recettes réalisées

Etat Burkinabè

400 000 000

400 000 000

BPE / Coopération Canadienne

200 000 000

 

BPE / Coopération Néerlandaise

1 200 000 000

515 000 000

Coopération Suisse

600 000 000

400 000 000

BPE / Coopération Belge

800 000 000

 

Coopération Française

40 000 000

2 947 863

Banque Mondiale

400 000 000

 

Partenariat pour l’éducation non formelle /Canada

 

58 913 780

TOTAL

3 640 000 000

1 376 861 643

 

 Les prévisions pour l'année budgétaire 2004 sont les suivantes:

Bailleur de fonds

Contribution attendue (CFA)

Etat Burkinabè

400 000 000

BPE / Coopération Canadienne

250 000 000

BPE / Coopération Néerlandaise

573 000 000

Coopération Suisse

200 000 000

Coopération française

25 000 000

TOTAL

1 448 000 000

 

 Les partenaires techniques et financiers qui ont contribué au financement de l'alphabétisation sont :

  • L'Etat Burkinabé
  • La coopération suisse
  • La coopération néerlandaise
  • La coopération canadienne
  • La coopération française

D'autres partenaires se sont annoncés comme la Suède et le Danemark .
Pour la campagne 2002-2003, le FONAENF a financé :

  • 948 centres d'alphabétisation initiale ;
  • 248 centres de formation complémentaire de base ;
  • 27 formations techniques spécifiques
  • 2 centres d'apprentissage du français fondamental et fonctionnel
  • 7 documents de post alphabétisation

En alphabétisation initiale, 31 639 auditeurs dont près de 60 % de femmes (à vérifier) pour la campagne 2002/2003. La contribution du FONAENF représente plus de 20 % de l'effectif des inscrits au niveau national.
Pour la campagne 2003-2004, cent soixante quatorze (174) opérateurs seront financés pour l'exécution de :

  • 1 787 centres d'alphabétisation initiale
  • 1 042 centres de formation complémentaire
  • 92 formations techniques spécifiques
  • 45 centres d'apprentissage du français fondamental et fonctionnel

Au regard de l'importance de l'alphabétisation dans la lutte contre la pauvreté , de l'indice qui lui est affecté dans le calcul de développement humain durable et de l'attention que le Président du FASO lui a toujours porté notamment en créant un département ministériel chargé de l'alphabétisation et de l'éducation non formelle, sa présence à la cérémonie d'ouverture de la deuxième assemblée générale du FONAENF sera un signal fort.
Elle permettra de réaffirmer la détermination de l'Etat burkinabé dans la lutte contre l'analphabétisme et de revigorer l'engagement des partenaires techniques et financiers , des associations et ONG à accompagner le gouvernement burkinabé dans ce noble combat.
Les objectifs de l'AG sont les suivants :

  • mobiliser les membres du FONAENF et les motiver à soutenir activement les initiatives en cours
  • attirer l'attention de l'opinion burkinabé sur l'existence du Fonds et ses réalisations ;
  • attirer de nouveaux membres
  • améliorer les connaissances des partenaires sur les stratégies d'intervention du Fonds
  • renforcer l'image institutionnelle du Fonds

Participants/tes,
Ce sont les membres du FONAENF.
Des observateurs seront invités à participer notamment des ministères partenaires comme ceux de l'économie ,de la promotion de la femme ,de l'agriculture et des ressources halieutiques, ainsi que des agences des nations unies partenaires du FONAENF comme le programme alimentaire mondial, l'INSD etc
Date
Les dates retenues sont les 20 et 21 février 2003
Lieu
plusieurs options sont possibles. ,au choix du Président du FASO : Un village pour se rapprocher du public de l'alphabétisation ,ou les salles de conférences de l'UEMOA ou de la CGP.

Ouagadougou, le 31 décembre 2003

La Directrice Générale

Mme Alice TIENDREBEOGO