ENEP de Loumbila

I-     Historique

Située dans la région du Plateau central, l’Ecole nationale des Enseignants du primaire (ENEP) de Loumbila a été créée en mars 1985 par décret n°85-189/CNR/PRES/EDUC du 28 mars 1985 en remplacement des cours normaux.

L’activité principale de l’ENEP est la formation théorique et pratique des candidats au métier d’enseignant de l’école primaire. Elle a été érigée en Etablissement Public de l’Etat à caractère Administratif (EPA) en juin 1994. Ce nouveau statut lui confère la personnalité morale doublée d’une autonomie financière.


II-    Les missions et objectifs

A l’instar des autres ENEP du pays et conformément aux dispositions de l’article 2 du décret n°2012-757/PRES/PM/MENA du 23 septembre 2012 portant approbation des statuts particuliers des ENEP, L’ENEP de Loumbila a pour mission essentielles de :
-    assurer la formation initiale des personnels enseignants du primaire ;
-    contribuer à la formation continue des personnels enseignants du primaire

Pour ce qui des objectifs poursuivis, outre la formation initiale et continue, l’ENEP de Loumbila contribue à la conception et la mise en œuvre des programmes, de modules et de manuels adaptés à la formation et met à la disposition du MENA des enseignants du primaire compétents, autonomes et capables de s’adapter à l’évolution du système éducatif et social.


III-     Organisation et fonctionnement

L’organisation et le fonctionnement des ENEP sont encadrés par un ensemble de textes législatifs et règlementaires. Parmi ces textes, l’on peut citer la loi n°010 2013/AN du 30 avril 2013 portant règles de création des catégories d’établissements publics, le décret n°2014-614/PRES/PM/MEF du 24 juillet 2014, portant Statut Général des Etablissements publics de l’Etat à caractère administratif, le décret n02012-754/PRES/PM/MENA du 24 septembre 2012, portant approbation des statuts des Ecoles Nationales des Enseignants du Primaire et l’arrêté n° 2013-010/MENA/SG/ENEP du 25février 20132 portant organisation et fonctionnement des Ecoles Nationales des Enseignants du Primaire (ENEP).

Ces textes déterminent la nature juridique des ENEP, leur mode de gestion administrative, financière et pédagogique. Ainsi, l’ENEP de Loumbila est un établissement public de l’Etat à caractère administratif (EPA) dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. L’internat est le régime commun des ENEP. L’accès à l’ENEP est réservé aux titulaires du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC).

Au plan administratif, l’ENEP de Loumbila est placée sous la tutelle technique du Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation. Ses instances et organes de gestion comprennent le conseil d’administration, la direction de l’établissement, le conseil de direction, le conseil des professeurs, les conseils de discipline et le comité technique paritaire. Les attributions, la composition et le fonctionnement de chaque organe ou instance sont contenus dans les textes en vigueur.

La direction de l’établissement se subdivise en quatre entités (direction générale, direction des études et des stages, direction de l’Administration et des finances et Agence comptable) placées sous la coordination d’un directeur général. Elle assure le fonctionnement quotidien de l’établissement à travers l’action de quatorze (14) services rattachés aux différentes directions.

Le personnel de l’établissement comprend les agents contractuels de l’établissement et les agents de la fonction publique détachés auprès de l’établissement. L’actuel directeur général est monsieur Kaboré Regma Etienne. Détenant ses pouvoirs du Conseil d’administration, le directeur général est l’ordonnateur principal du budget de l’établissement. Il assume la responsabilité de la direction pédagogique, administrative et financière de l’établissement, exécute les décisions du Conseil d’administration, signe les actes concernant l’établissement, etc.

Du point de vue comptabilité et contrôle de gestion, l’ENEP de Loumbila est placée sous la tutelle financière du ministère de l’Economie et des finances. La comptabilité y est tenue par un comptable publique dénommé Agent comptable. Les ressources de l’ENEP de Loumbila sont constituées par les subventions de l’Etat et les fonds propres, comprenant les frais de formation des élèves inscrits sur titre, la rémunération pour service rendu et les ressources annexes. Les dépenses font l’objet d’un engagement et d’une liquidation préalables de l’ordonnateur soumis au visa du Directeur du Contrôleur et des engagements financiers. L’ENEP est soumise à l’inspection des différents corps de contrôle de l’Etat commis à cette tâche. Il s’agit notamment de l’Autorité supérieur du contrôle d’Etat, de l’Inspection générale des finances, le Contrôle financier, les structures de contrôle du trésor public et celles du MENA.


IV-    Les filières de formation

L’ENEP de Loumbila forme essentiellement des Instituteurs Adjoints certifiés (IAC). Cette formation initiale dure deux (2) ans avec une année de formation théorique au sein de l’ENEP et une année de stage pratique dans les écoles d’application. Avec l’introduction de l’enseignement modulaire dans la formation des élèves-maîtres, les disciplines d’enseignement ont été rangées dans cinq (5) modules principaux :
-    Module de remise à niveau. Il concerne les disciplines comme le français, le calcul, la science de la vie et de la terre et l’histoire-géographie ;
-    Module d’éthique et déontologie. On y trouve la législation scolaire, l’éducation morale et civique et la morale professionnelle ;
-    Module de didactique des disciplines. Il prend en compte la pédagogie de l’éveil (discipline d’éveil), la pédagogie du calcul, la pédagogie du français et celle de l’EPS ;
-    Module de l’enseignement bilingue. Il comprend la transcription et la didactique des langues nationales que sont le mooré, le dioula, le fulfuldé, le bissa, le gulmanchéma, le lyélé, le nuni et le dagara ;
-    Module de gestion pédagogique. Il se consacre à la pédagogie générale et à la psycho- pédagogie.

Selon les ENEP, on rencontre quelques spécificités dans les disciplines qui concourent à la formation des élèves-maîtres. Ainsi  à Loumbila, des cours spéciaux y sont dispensés. Ce sont notamment les soins de santé primaire, l’approche SMASE (soutien à l’enseignement des mathématiques et de la science de la vie et de la terre), l’éducation inclusive, la santé de la reproduction et la lutte contre le VIH/SIDA et la mise en œuvre des activités pratiques d’APP.

Dans le souci d’offrir une formation de qualité aux stagiaires, l’ENEP de Loumbila dispose d’un centre de ressources qui fournit une panoplie de documents sur toutes les disciplines et sur la culture générale. Ce dispositif facilite les travaux de recherche et d’exposés aussi bien du côté des élèves que des formateurs. L’école annexe complète ce dispositif en contribuant à la concrétisation des cours théoriques.

Certes, des difficultés subsistent à ce niveau compte tenu des larges effectifs dans les classes de l’école annexe et du nombre de stagiaire par salle, mais elles sont minimisées par l’existence de vidéocassettes sur les séances d’enseignement qu’on projette en classe. Du reste, deux salles de classe adaptées à ce type d’exercice sont en phase de finition.

Le volume horaire dévolu aux différents modules se chiffre à 1206 heures et s’exécute à travers des cours magistraux, des exposés et des travaux de groupes accomplis dans la mesure du possible dans une démarche participative. La validation de ce volume horaire permet aux stagiaires de suivre à la deuxième année un stage pratique en circonscription. A l’issue de ce stage, ils subissent un examen de sortie sanctionné par un diplôme dénommé Certificat Elémentaire d’Aptitude Pédagogique (CEAP). Ce diplôme les rend aptes à la pratique de l’enseignement dans les écoles primaires, à la gestion d’une classe ainsi qu’aux autres activités scolaires.
Mais il est à noter que l’enseignement modulaire reste une vision dans la mesure où sa mise en œuvre est rendue difficile par le manque de formation des formateurs en la matière, la non finalisation des modules et l’inadaptation des infrastructures existantes.


V-    Les effectifs

Comme indiqué plus haut, le personnel de l’ENEP de Loumbila se compose d’agents de la fonction publique détachés et des agents contractuels propres à l’ENEP. De nos jours, l’ENEP de Loumbila compte cinquante (50) agents détachés à son sein et vingt quatre (24) agents qui lui sont propres, soit un total de soixante quatorze (74) agents.

Au niveau des agents détachés, il ya 6 IEPD, 6CPI, 1 professeur d’EPS, chargés de formation des stagiaires. L’administration emploi 2 IEPD, 1 CISU, 1 inspecteur du trésor, 1 IP, 8 IC, 5 AASU, 6 AISU, 1 infirmière d’Etat, 4 agents de soutien. A l’école annexe, on trouve 1 IP et 7 IC. Ce qui donne un total de 50 agents.

L’effectif des agents contractuels se décompose en 3 secrétaires, 2 gardiens, 4 manœuvres, 4 cuisiniers, 2 serveurs, 3 chauffeurs, 1 électricien, 1 technicien d’atelier, 1 jardinier, 1 infirmier breveté, 1 magasinier, soit au total 23 agents.

En plus des formateurs permanents, l’administration fait appel à 108 formateurs vacataires composés d’IEPD, de CPI, d’IP, de CASU, de professeurs des lycées et collèges et bien d’autres profils.

Depuis son ouverture en octobre 1985, l’ENEP de Loumbila a accueilli et formé vingt sept (28) promotions d’élèves-maîtres. L’effectif global de ces stagiaires s’élève à 14 324 élèves-maîtres dont 8 061 garçons et 6 263 filles. Parmi ces stagiaires, 9 663 étaient boursiers dont 6 848 garçons et  2 915 filles tandis que 4 561 étaient non boursiers c'est-à-dire inscrits sur titre. On compte parmi eux 1 217 garçons et 3 339 filles. Les effectifs ont connu une certaine évolution. Par exemple, de 343 stagiaires à l’ouverture en 1985, l’effectif est passé à 694 stagiaires à la rentrée 2012-2013.


VI-    Les résultats de l’année

Le taux de réussite à l’examen du DF/ENEP ou du CEAP a varié ces cinq (5) dernières années entre 99,66% et 100%. Pour cette session 2014, le taux de succès au CEAP est de 100%. La 29è promotion qui vient d’achever sa formation théorique compte 784 stagiaires dont 314 garçons et 470 filles. L’effectif des boursiers s’élève à 377 et celui des non boursiers à 407. Parmi les boursiers, on compte 234 garçons et 143 filles. Quant aux non boursiers, ils se répartissent en 84 garçons et 323 filles.
La durée de la formation a aussi varié entre une et deux années depuis l’ouverture de l’établissement. Depuis la rentrée 2012-2013, cette durée est passée à deux ans.


VII-    Les perspectives

Avec la mise en œuvre du continuum éducatif et le probable relèvement du niveau de recrutement au Baccalauréat, l’ENEP de Loumbila envisage prendre des dispositions nécessaires pour y faire face. Ces dispositions vont de la réalisation d’infrastructures adaptées à l’emploi de nouveaux agents en passant par le renforcement des capacités des différents acteurs.

En plus d’un plan d’aménagement de la cour de l’Etablissement programmé sur une période de trois (03) ans, est en cours de réalisation. Dans l’agenda des premiers responsables, est inscrite en bonne place une recherche de partenariat à l’échelon national, sous régional et même international. Enfin, il est prévu en juillet 2015, l’organisation du 30è anniversaire de l’ENEP de Loumbila, la toute première des ENEP de notre pays.


VIII-    Les différents directeurs qui se sont succédé

De l’ouverture de ses portes au 1er octobre 1985 à nos jours, huit (8) directeurs généraux se sont succédé à la tête de cet établissement. Il s’agit de :
- Monsieur BIHOUN Vincent (1985-1988)
- Monsieur KONSEIGA Dominique (1991-1997)
- Monsieur NEYA B. Ambroise (1991-1997)
- Monsieur KORBEOGO Sibiri (1997-2002)
- Monsieur OUOBA Aboubacar (2002-2006)
- Monsieur NASSOURI Seydou (2006-2012)
- Monsieur KABORE Regma Etienne (2012-2015)
- Monsieur Robert SIMPORE (2015 à nos jours)