ENEP de Bobo-Dioulasso

L’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Bobo-Dioulasso la deuxième née du Burkina après celle de Loumbila est un Etablissement public de l’Etat  dont la structure architecturale imposante bâtie au  secteur 5 sur un terrain de 06 hectares 200 comprend un bloc administratif et de résidence et un bloc pédagogique avec des salles de classes. Ouverte à la rentrée 1994-1995, elle fête cette année son vingtième anniversaire. Retour sur deux décennies d’expérience dans la formation initiale des enseignants du primaire.

HISTORIQUE
Après la suppression des cours normaux de Koudougou, Ouahigouya et Ouagadougou, les enseignants du primaire du Burkina Faso étaient recrutés sans formation initiale. L’absence de cette étape importante du début de la carrière de nos enseignants du primaire nécessitait une solution pour assurer un enseignement de  qualité dans  nos écoles publiques et privées. Aussi le Ministère de l’Enseignement de  Base et de l’Alphabétisation a décidé la création des écoles nationales des enseignants du primaire ; la première est ouverte à Loumbila  à la rentrée scolaire 1985-1986.

Pour compter de la rentrée scolaire 1994-1995 et conformément au décret N°94-321 /PRES/MEBAM du 08 août 1994, Bobo-Dioulasso a accueilli sa première promotion mixte de futurs instituteurs certifiés le 25 octobre 1994  avec l’ambition légitime de leur assurer une bonne formation initiale au triple  plan intellectuel, moral et physique en deux ans avec un régime d’externat.

En vingt ans l’ENEP de Bobo-Dioulasso a formé et mis à la disposition des écoles publiques et  privées 10 947 enseignants dont certains sont de nationalités étrangères (Béninois, Congolais RDC, Togolais). On dénombre  4 261 institutrices adjointes certifiées et 6 686 instituteurs adjoints certifiés.

On les trouve aujourd’hui dans toutes les contrées du  Burkina Faso sur le terrain du combat  contre l’ignorance. Parmi eux on compte aujourd’hui de nombreux cadres (témoignages).

Une cinquantaine de Formateurs permanents, tous dévoués, ont assuré la formation des différentes promotions. Ils étaient des Inspecteurs de l’enseignement du premier degré, des Conseillers pédagogiques itinérants, des professeurs de l’enseignement secondaire, des professeurs d’éducation physique et sportive. A leurs côtés de nombreuses compétences dans des domaines divers ont,   en qualité de vacataires, contribué à la formation initiale des futurs enseignants.
La dernière décennie a été profondément marquée par la réduction de la durée de la formation à une année (de la 9è à la 18è promotion) et l’imposition d’un test d’intégration aux stagiaires boursiers de la 8è à la 18è promotion).

La première mesure, longtemps remise en cause par les partenaires sociaux (syndicats) ainsi que par les partenaires techniques et financiers, était considérée comme un recul qui a porté atteinte à la qualité de la formation. Les concepteurs avaient prévu un dispositif de formation continue qui, apparemment, n’a pas fonctionné.

La formation se déroulait donc  à la vitesse du TGV. Malgré tout, les programmes étaient difficilement achevés.

Le plan de formation se présentait comme suit :
- Octobre- décembre : phase théorique
- Janvier - avril : stage pratique
- Mai - juin : phase théorique et Evaluations groupées toujours stressantes pour les élèves maîtres (elles sont supprimées en 2014).
- Fin juin : examen de sortie de promotion.

Par manque de temps, les sorties d’études dans les  Cascades, une activité bien appréciée par les stagiaires comme moment de détente et de découverte, ont été mises en veilleuse pendant dix ans. Elles sont reprises avec le retour de la formation en deux ans.

Quant au test d’intégration, il a été vécu par les stagiaires régulièrement admis au concours direct de la fonction publique, comme une injustice flagrante.  Heureusement que la mesure a été levée en 2012.

A partir de 2006 les ENEP se sont engagées dans un processus d’enseignement modulaire avec l’accompagnement d’un spécialiste de l’ENS/UK. Après une formation théorique, les formateurs ont entrepris l’écriture des modules. Le module « Ethique et Déontologie » avait été attribuée à l’ENEP de Bobo. Des modules provisoires sont en usage dans les ENEP mais l’application de l’enseignement modulaire n’est pas effective. Le processus suit son cours.

La formation initiale quant à elle est revenue à une durée de deux ans depuis 2013

 bibliotheque enep bobo

PRESENTATION

L’ENEP de Bobo est située dans la ville de Sya au secteur 5 de Bobo-Dioulasso, côté sud du lycée municipal.
Elle  comprend :

* Une direction générale. Les services rattachés à la direction générale sont : le secrétariat, la personne responsable des marchés et le contrôle interne.

*La Direction des Etudes et des Stages. Les services rattachés à cette Direction sont : Le Centre de Ressources avec un fond documentaire, une salle informatique et une salle de lecture, la Surveillance Générale et l’école Annexe.

*L’Agence Comptable qui réunit les services suivants : Le service des recettes, le service de la dépense et le service de la comptabilité.

*La Direction de l’Administration et des Finances regroupe le service financier, le service de l’intendance, le service administratif et du personnel et le service des infrastructures et de la logistique.

Le personnel de l’ENEP se compose comme suit : 14 formateurs, 8 enseignants du primaire, 25 agents de bureau et 5 agents de soutien soit au total 52.
29 formateurs vacataires viennent en appui à la formation des élèves-maîtres.

L’ENEP de Bobo a 13 salles de classe, une salle de conférence, une salle de réunion, une salle des professeurs, une cyber classe, un amphithéâtre d’une capacité de 600 places, un terrain de football et un terrain de volley-ball qui est utilisé pour les arts martiaux. On peut noter également 5 logements pour le personnel dont 2 en construction, 3 dortoirs pour les élèves et une cafeteria.

Elle offre les  prestations suivantes : location des cars, des chambres, des chaises, des tables, de la salle de conférence, de l’amphithéâtre.
C’est aussi un site pour les concours directs de la fonction publique.

Des vigiles assurent la sécurité des lieux.

LES FILIERES DE FORMATION
Ø  Disciplines enseignées
-          Pédagogie de français
-          Pédagogie de calcul
-          Pédagogie générale
-          Pédagogie de l’Eveil
-          Psychopédagogie
-          Français
-          Histoire-géographie
-          Pédagogie de l’Education Physique et Sportive

Cours sur l’informatique.
 
 
Ø  L’enseignement bilingue.
Quatre langues ont été retenues (le Dagara, le Fulfulde, le Jula et le Moore). La transcription a été entièrement réalisée dans chacune de ces langues du mardi 22 Avril au Samedi 3 Mai 2014.

Ø  L’enseignement modulaire.
L’enseignement modulaire a commencé à prendre forme cette année quant à son respect de volume horaire. La présence effective des modules en début d’année, a permis de faire un bond qualitatif dans l’exécution des programmes de formation théorique.
Des visites de classe dans les didactiques des disciplines ont été effectuées à l’école annexe (plus d’une soixantaine de visites).

Ø  Cours de secourisme
Ce cours (théorique et pratique) a été réalisé cette à 100%,grâce à notre partenariat avec la Deuxième Compagnie des Sapeurs Pompiers basée à Bobo-Dioulasso. Ce cours s’est déroulé du 14 au 19 Avril 2014.Les stagiaires étaient repartis en trois groupes de 220 à 247 élèves. Ils ont trouvé ce cours très satisfaisant.
Il est à noter que ce cours se déroulait concomitamment avec ceux de SMASE et de l’Education Inclusive. Ce qui nous a permis de minimiser les absences.

Conférences publiques
Les élèves de la 20eme promotion ont bénéficié de douze (12) conférences ou rencontres d’échange avec des associations, des directeurs et chefs de service, des structures et des institutions financières de la place. Ce sont :
      -conférence sur l’éducation inclusive organisée par la DDEB : le 05 décembre 2013 ;
      -rencontre d’échanges avec les institutions financières (quatre) : BOA ; Coris Bank ; Ecobank ; BICIA-B le 19 décembre 2013 ;
      -lecture des différents signaux routiers et échange sur le civisme en circulation routière dans la ville de Bobo-Dioulasso avec Mr Seydou COULIBALY, commandant de la Police municipale : le09 janvier 2014 ;
     -Formation à la méthodologie de la construction de la carte d’Afrique à partir d’un texte par Sokwendé Jean Silvère GOUEM : le 27 juin 2014
     -Communication sur le thème « de la réussite individuelle à la réussite collective » par le Dr Poussi SAWADOGO : le 8 mars 2014
     -Communication sur l’hygiène bucco-dentaire dans les ENEP avec Mr DIOLOMPO Sougoun de la Direction Générale du Secours Dentaire International(SDI) Ouagadougou : 18 avril 2014 ;
      -Conférence sur l’importance de la lecture et la présentation du roman : « le triomphe de l’amour » avec Mr SIGUIRE Adama : le 19 avril 2014
      -Communication de la CARFO : le 26 mai 2014
      -Conférence de la Banque SAHELO-SAHARIENNE pour l’investissement et le commerce (BSIC) : le 26 mai 2014.
NB : Ces thèmes aussi  variés ont été un plus pour nos stagiaires
 
Ø  Activités sportives et culturelles.
- Coupe du DG (Match de football  inter classes) organisée chaque année.
-Organisation d’une kermesse par les élèves
-Organisation de jeu concours de lecture, de conte, de poésie, et de slam
-Participation des élèves de l’école Annexe à l’OSEP.

Gestion Financière
L’ENEP à son ouverture n’avait pas de budget propre. Elle dépendait du Ministère de l’Enseignement de Base et de l’Alphabétisation. Cette situation ne permettait pas de faire face aux réalités du moment. Le Directeur Général avait à sa disposition une Yamaha dame comme seul moyen de déplacement. En 2000 l’ENEP de Bobo devient un établissement public à caractère administratif par décret N° 2000-201/PRES/MEBA/MEF du 24 mai 2000. Ce statut lui donne désormais une autonomie de gestion.

L’autonomie signifie que la structure a un personnel et des dirigeants qui ont une liberté d’action. L’organe dirigeant imprime sa vision sur la vie de l’établissement.

Le Conseil d’administration est l’instance délibérante et le Directeur Général exécute ses décisions. Le Président du Conseil d’Administration a l’obligation de rendre compte aux ministres de tutelles (Technique et Financière) et à l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat, consacrée aux Etablissements Publics
de l’Etat.

L’ENEP de Bobo a toujours fait mention honorable à cette Assemblée.

Pour mettre en œuvre l’autonomie de gestion, un Contrôleur financier(CF) et un Agent comptable (AC) sont nommés auprès de l’établissement. Ils sont les représentants du Ministre des Finances  mais aussi  les conseillers financiers de l’Ordonnateur (Directeur Général).
Tous les documents émis à l’interne et ayant une incidence financière doivent être approuvés par le contrôleur financier. Pour toute dépense celui-ci en vérifie la régularité, la légalité et la moralité. Ce contrôle interne a pour objet d’éviter les dérapages.

Quant à l’Agent comptable, il ne paie les mandats que lorsque la procédure est respectée et toutes les conditions réunies dont la première est la disponibilité des fonds.

Le fonctionnement de l’établissement dépend en grande partie de la subvention de l’Etat dont le déblocage se fait par trimestre (salaires, pécules, trousseau, investissements… L’ENEP a de mauvais souvenirs de la gestion des dossiers de déblocage. De l’engagement au virement dans le compte Trésor c’était la croix et la bannière. Cette lourdeur administrative a souvent été à l’origine de nombreuses frictions entre l’administration et les autres acteurs de l’école. Les pécules des élèves ont été rarement payés à bonne date. Les bénéficiaires affamés et menacés d’expulsion par les bailleurs ont souvent revendiqué bruyamment leur droit.

Dès lors que le compte est approvisionné le circuit de la dépense devrait se faire sans accroc. Malheureusement à ce niveau également des difficultés sont souvent apparues. C’est surtout cette lenteur à l’interne que ne s’expliquent pas les usagers car, tous les acteurs de la chaîne financière sont sur place. Pour eux l’autonomie de gestion serait synonyme de satisfaction des besoins dans les délais réquis. . La leçon qu’il faut retenir dans ce domaine, est  la nécessité d’une concertation permanente et d’une solidarité entre les principaux acteurs de la chaîne financière.

Tout compte fait, la gestion financière de l’ENEP de Bobo – Dioulasso, a toujours été jugée satisfaisante, en attestent les résultats des contrôles externes (ASCE en 2005 et en 2013, les Inspections des Finances en 2002, du Trésor en 2009).

dortoire enep bobo


LES ACTEURS

Présidents du conseil d’administration qui se sont succédés:
1er Président : Feu Madou Alphonse TRAORE  (1994- 1999) ancien DGEB ;
2ème Président : Monsieur Robert YELEMOU (1999-2004) ancien DGEB ;
3éme Président : Monsieur Bouma BAZIE (2OO4-2O12) CT/MENA ;
4éme Président : Madame Noëlie TITIEMBOU (2012-2015);
5ème Président : Monsieur Abdel Aziz DAO (depuis 2015)
 
Directeurs Généraux ayant dirigé l’établissement
1 – Monsieur Samuel DIOMA, Inspecteur de l’enseignement du 1er degré (1994-1996).
2 - Monsieur Jules BOLEO, Professeur (1996- 2001).
3 - Feu Salvi Charles SOME, Professeur (Octobre 2001- Octobre 2002).
4 - Monsieur Moumini KONATE, Inspecteur de l’enseignement du 1er degré  (Octobre 2002- Octobre 2012).
5 - Monsieur Ouindicouni OUEDRAOGO, Inspecteur de l’enseignement du 1er degré  (Octobre 2012 - Octobre 2015).
6 - Monsieur Oumarou OUARME, Inspecteur de l’enseignement du 1er degré  (depuis Octobre 2015).