Exécution du programme présidentiel : Etat d’avancement de la construction des infrastructures éducatives dans la région de l’EST

CEG BilangaChantier de Paladoubé 2

Près de sept mois après le lancement officiel à Fada par le Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA, du programme de réalisation d'infrastructures éducatives dans le cadre du programme présidentiel, Une visite le 20 décembre 2016 dans la région de l'Est permet d'avoir une idée sur l'état d'avancement de la construction des infrastructures.

Le Premier Ministre Paul Kaba THIEBA a lancé le 26 mai dernier à Fada, le programme de réalisation d'infrastructures scolaires pour le compte de l'année 2016 dont 10 blocs de 2 salles de classe pour le préscolaire, la résorption de salles de classe sous paillote de 160 écoles, la construction de 200 nouveaux collèges d'enseignement général, la construction de 80 nouveaux lycées et des établissements d'enseignement technique et professionnel dans toutes les régions du Burkina Faso par l'Agence-conseil de construction en maîtrise d'ouvrage délégué (ACOMOD-BURKINA). La région de l'Est bénéficie de 80 sites de réalisation d'infrastructures éducatives dans ce programme et les chantiers sont en cours d'exécution.

L'état d'avancement

Sur le site de construction d'un bloc de 4 salles de classes+latrines pour CEG de Bilanga dans la province de la Gnagna, les ouvriers de l'entreprise VMAP-B trouvés sur place, nous confient qu'ils n'attendent plus que les tôles en provenance de Ouagadougou. Effectivement, l'ouvrage est au stade de la finition et les ouvertures sont déjà fixées mais des indices montrent que les travaux sont à l'arrêt depuis quelques jours. Inquiétude confirmée par le Maire de Bilanga, Bandiba Lankoandé qui reconnaît : ''Depuis un mois, nous ne les avons revus qu'avant-hier, mais les travaux n'ont pas encore repris''.

Même situation à quelques kilomètres de Bilanga, à l'école de Bourpangou où le bâtiment réalisé par la même entreprise est au même niveau et les ouvriers sont dans l'attente également des tôles.

Les structures des parents d'élèves (APE, AME et COGES) et le Chef coutumier étaient sur place pour témoigner de leur solidarité qu'ils ont déjà manifesté au projet par l'apport d'eau et d'agrégats au chantier. Ils ne cachent pas leur inquiétude face ce curieux arrêt. C'est également le sentiment des enseignants qui présentement dispensent les cours sous des paillottes en attendant impatiemment les nouveaux locaux promis pour janvier 2017, terme d'une échéance de 5 mois. ''Je vois qu'ils ont stoppé depuis un mois mais je n'en sais rien.... Pourtant la communauté est impliquée.'', s'interroge Marie Yvonne Guigemdé, enseignante de la classe de CP2.

A fada, l'entreprise ESDP SA/SSN SARL exécute deux chantiers dont 4 salles de classes+ Latrines pour CEG au complexe scolaire ''La Paix'' et un bloc de 3 salles de classes à l'école Ountani A qui avait servi de cadre au lancement officiel du programme. Le premier chantier qui a commencé il ya à peine deux semaines, a passé le stade de ferraillage et coffrage et ne rencontre aucun problème. Thiombiano Julien, chef de chantier assure que si tout se passe bien, ils tiendront le délai de 5 mois prévu.

A Ountani A, les travaux ont commencé le 15 octobre et ils sont à l'étape de la pose de la toiture. ''Oui nous pensons finir dans le délai de 5 mois...'', soutient Julien Thiombiano, le chef de chantier.

Ce chantier ne rencontre aucun problème majeur hors mis un grand arbre qui constitue une menace pour la sécurité des élèves. L'option de l'abattre est prise mais les charges de l'abattage qui s'élèvent à 60 000 F CFA, n'étaient pas prévues dans le contrat de l'entreprise. Elle a néanmoins pris l'engagement de le faire. ''Il constitue un danger permanent pour les enfants et les enseignants'', souligne le Directeur Moussa Thiombiano qui relève la précarité de la situation des classes dans l'établissement où le bâtiment initial a été libéré et est sur le point d'être déclassé au vu de sa vétusté : ''L'année dernière les 6 salles de classes étaient sous des hangars. Nous avons hâte vraiment d'intégrer les locaux. Le véritable problème ici est le manque de mobilier scolaire''.

Le dernier chantier est celui de Paladoubé à une quarantaine de kilomètres de Fada. Le bloc de 3 salles de classes est au stade de coulée du béton de couronnement et l'entreprise espère tenir l'échéance de 3 mois. Dans ce village où l'école est sous paillote depuis 8 ans, l'infrastructure est attendue avec beaucoup d'espoir comme le témoigne la décision des parents d'élèves de réaliser 3 logements d'enseignant durant l'année scolaire en cours pour contribuer à leurs meilleures conditions de travail.

Le secrétaire de l'APE, Nongré Ousmane déclare que cette infrastructure va '' bénéficier énormément à notre village. Cette année nous avons dû refouler des élèves pour faute de place après avoir recruté une cinquantaine seulement''.

L'école est également confrontée à un manque de point d'eau potable et de tables-bancs.

DCPM/MENA